La COP25 s'ouvre aujourd'hui à Madrid, sous présidence chilienne. Parmi les Etats réunis pour discuter de l'urgence climatique, 35 pays africains ont formé une coalition autour du Maroc pour défendre les intérêts du continent. Analyse avec Armelle le Comte, d'Oxfam France, et la journaliste Célia Quilleret.

COP25 : comment l'Afrique s'empare-t-elle du défi écologique ?
COP25 : comment l'Afrique s'empare-t-elle du défi écologique ? © AFP / CRISTINA QUICLER

Le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres rappelait, hier, les engagements « totalement insuffisants » pris par la communauté internationale dans la lutte contre le réchauffement climatique - thème central de la COP25, qui se tient en Espagne jusqu'au 13 décembre. L'événement est destiné à fédérer les nations autour de l'enjeu climatique, et également à régler des aspects techniques avant la COP26, échéance décisive qui aura lieu à Glasgow l'an prochain.

Sous l'injonction d'améliorer ses performances environnementales, la coalition formée par les trente-cinq pays africains demande plus de fonds permettant la transition vers une agriculture « climato-intelligente ». Elle bénéficie pour l’instant du Fonds vert pour le climat, qui prévoit 2 millions de dollars par pays, et d’un plan annoncé récemment par la Banque Mondiale. 

L'urgence de la situation est indéniable, au regard de l'insécurité alimentaire qui touche le continent. Les rendements agricoles pourraient y régresser de 20% d'ici trente ans, tandis que la population et les températures continuent d’augmenter. Face à cette problématique, les initiatives locales et micro-locales se multiplient, mais la question d'une stratégie africaine globale se pose. 

Quelles sont les conséquences du réchauffement climatique en Afrique ? La croissance verte y est-elle possible ? Avec nous pour en parler : 

Armelle le Comte, chargée du plaidoyer Climat et Energie d’Oxfam France.

Célia Quilleret, journaliste à France Inter, qui revient du Cameroun, où les forêts sont protégées pour des raisons aussi bien économiques qu'écologiques.

  • Le bruit du monde est en Lituanie, où les consignes rencontrent un grand succès. Un reportage de Marielle Vitureau

A Vilnius, il est courant de faire usage des consignes mises à disposition dans les rues, pour rendre les bouteilles et canettes achetées dans les supermarchés. Les citoyens touchent 10 centimes par contenant, qui sera ensuite recyclé dans une usine proche de la capitale. Introduit en 2016, ce système de consignes a permis que 90% des bouteilles mises sur le marché soient collectées. Une initiative qui a fait de la Lituanie le pays champion du recyclage de plastique en Europe.

  • Les militants du SPD allemand viennent de voter dans le sens d'un coup de barre à gauche au sein du parti, opérant une rupture historique. C'est le Monde à l'envers de Cyril Sauvageot

Le parti social-démocrate gouverne actuellement en coalition avec le CDU d'Angela Merkel. Mais le choix des militants pourrait remettre en question cette alliance, car la nouvelle équipe dirigeante a le pouvoir de révoquer - ou non - le « contrat de coalition » passé avec le CDU en début de mandat. La direction du SPD oscille entre le départ pur et simple du gouvernement, et la perspective de négociation avec la chancelière - avec une volonté d'obtenir des concessions sur la justice sociale.

Programmation musicale

Starcrawler - No more pennies

Bebel Gilberto - Bim bom

The National - Oblivion

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.