Nouveau coup dur pour la puissante et richissime famille Dos Santos : Isabel, fille de l'ex-président et soupçonnée de détournement de fonds, vient de voir ses actifs gelés. La journaliste Estelle Maussion a écrit sur la « Dos Santos Company », et nous parlera des rouages du pouvoir de cette dynastie angolaise.

Isabel dos Santos, fille aînée du président de l'Angola, Jose Eduardo dos Santos est la femme la plus riche d'Afrique d'après le magazine Forbe
Isabel dos Santos, fille aînée du président de l'Angola, Jose Eduardo dos Santos est la femme la plus riche d'Afrique d'après le magazine Forbe © AFP / MIGUEL RIOPA

Alors que la justice angolaise vient de décider le gel de ses avoirs et ceux de son conjoint Sindika Dokola, Isabel Dos Santos nie le bien-fondé des accusations à leur encontre. Le couple milliardaire est sous le coup d'une enquête pour détournement de fonds, en raison d'agissements douteux dans la direction de plusieurs sociétés d'Etat, dont la Sonangol et la Sodiam - en charge respectivement du pétrole et des diamants nationaux. Son fils, José Filomeno, comparaîtra également pour fraude.

Isabel Dos Santos, surnommée « La Princesse », est la fille de José Eduardo Dos Santos, président du pays lusophone pendant trente-huit ans. Elle a par la suite fait fortune dans les affaires et a été sacrée première femme milliardaire d'Afrique par le magazine Forbes, en 2013.

Mais la donne politique a changé, en Angola, et l'empire Dos Santos semble vaciller sur ses bases. Pourtant l'actuel président, João Lourenço, élu en septembre dernier, est un ancien cacique du régime, un proche du pouvoir. Mais depuis son élection, il s'est retourné contre la puissante famille et a lancé une opération « Main Propres », destinée à mettre fin à la corruption endémique dans le pays. 

Avec nous pour en parler

Estelle Maussion est journaliste au service Economie du journal Jeune Afrique. Elle a été correspondante pour l'AFP et RFI en Angola, et publie aux éditions Karthala La Dos Santos Company. Mainmise sur l'Angola (2019).

Le bruit du monde

est en Haïti, où la violence est en escalade, dans l'indifférence médiatique. Un reportage de Vanessa Descouraux

L'île, en crise depuis l'été 2018, est toujours en proie à la violence. Les exactions commises par des bandes armées sont le lot quotidien des quartiers populaires de Port-au-Prince. Ces gangs exercent un contrôle sur les axes routiers et sur des quartiers entiers. Les meurtres, viols et agressions restent impunis, face à l'impuissance des pouvoirs publics, et à l'indifférence de la communauté internationale.

L'Europe, tu l'aimes ou tu la quittes

Par Joana Hostein.

*

Programmation musicale

Black Pumas - Fire

Ella Fitzgerald, Louis Armstrong - Dream a Little Dream of Me

Les invités
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.