Le29 novembre dernier, un accord a été conclu entre la Turquie et l'Union européenne . Contre trois milliards d'euros et de relance des négociations d'adhésion à l'UE, la Turquie s'engage à retenir les migrants qui transitent à travers le pays. Les migrants et réfugiés devenant ainsi une monnaie d'échange diplomatique. Le 14 décembre prochain, les négociations pour une adhésion de la Turquie seront donc réouvertes .

Par ailleurs, depuis le 24 novembre, les relations entre la Russie et la Turquie sont très tendues , depuis que les chasseurs turcs ont abattu un avion de combat russe à la frontière turco-syrienne.

La Russie accuse la Turquie de participer activement au trafic de pétrole organisé par Daech pour se financer, accusations que la Turquie reproche à la Russie et réfute. Les dirigeants de la communauté internationale craignent que les tensions vives entre la Russie et la Turquie nuisent à la formation d'une coalition internationale contre Daech. D'autant plus que l'obstination des Turcs à combattre les Kurdes , acteurs majeurs et essentiels dans la lutte contre Daech, n'est pas pour rassurer.

Ainsi depuis le 24 novembre la Turquie et la Russie se livrent une guerre indirecte . A la COP21, Vladimir Poutine a refusé de rencontrer Recep Tayyip Erdogan , et des sanctions économiques ont été adoptées : embargo économique limité aux fruits et légumes, rétablissement des visas, interdiction pour les employerus russes d'embaucher des Turcs à partir du 1er janvier 2016, ou encore la suspension immédiate par Moscou des négociations sur le projet de gazoduc TurkStream qui devait alimenter la Turquie et à terme le sud de l'Europe.

Aujourd'hui , lors de son traditionnel discours annuel sur l'état de la nation devant le monde politique russe, Vladimir Poutine n'a pas mâché ses mots en affirmant que "la Turquie regrettera d'avoir abattu un bombardier SU-24 russe près de la frontière syrienne le 24 novembre" , en poursuivant en ces termes : "nous n'oublierons jamais [...] ceux qui ont tiré dans le dos de nos pilotes. Je ne comprends pas pourquoi ils ont fait ça. Seul Allah le sait [...] Ils vont regretter ce qu'ils ont fait. Ceux qui croient que la réplique de la Russie se limitera à des sanctions commerciales se trompent".

Hakki Akil , ambassadeur de la Turquie en France, est l'invité de Nicolas Demorand . Il reviendra sur toutes les crises que traverse la Turquie : son rôle dans l'accueil des réfugiés, ses relations ambiguës avec Daech, et les tensions vives avec la Russie.

Recep Tayyip Erdogan n'a guère contribué à réchauffer les relations, glaciales, entre les deux pays
Recep Tayyip Erdogan n'a guère contribué à réchauffer les relations, glaciales, entre les deux pays © MaxPPP
Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.