Alors que la tension augmente dans les hôpitaux des deux pays, les stratégies pour y remédier sont bien différentes. Le Portugal a choisi de se reconfiner strictement, tandis que le gouvernement espagnol repousse cette option.

Le Portugal est devenu le pays d’Europe le plus frappé par l’épidémie, selon un rapport publié jeudi 28 janvier par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). Sur plus de 12 000 morts recensés dans le pays depuis le début de la pandémie, près de 3 000 l’ont été ces deux dernières semaines.

Pour y remédier, le gouvernement a opté le 15 janvier dernier pour un reconfinement d’un mois. Une mesure stricte, renforcée la semaine dernière : les écoles, qui devaient rester ouvertes, fermeront et l’enseignement à distance sera privilégié à partir du 8 février.

À l’inverse, en Espagne, où l’épidémie a déjà fait plus de 56 000 morts, le gouvernement central se montre réticent à affermir les restrictions sanitaires, alors que le nombre de contaminations augmente. En cause, la récession de 12,8% que le pays a connu en 2020 selon le FMI en fait le pays d’Europe occidentale le plus touché par les conséquences économiques de la pandémie.  

Au nom de la co-gouvernance, le gouvernement de Pedro Sánchez a décidé de laisser les régions libres d’ajuster les mesures sanitaires comme elles le souhaitent. Au risque que surgissent des incohérences : tandis que bars et théâtres restent ouverts à Madrid, le gouvernement régional de Galice a demandé à sa population de se confiner à domicile.  

Avec nous pour en parler

Yves Léonard est historien spécialiste du Portugal et professeur à Sciences Po.

Nous entendrons également Marie-Hélène Ballestero, correspondante de Radio France à Madrid.
 

Le Bruit du monde est au Brésil, où le chef indigène Raoni dépose une plainte contre Jair Bolsonaro pour crimes contre l’humanité

Dans le Mato Grosso, un état du centre-ouest du Brésil, se trouve le village de Raoni. L'homme qui porte la parole du Brésil au monde sur le devenir de l' Amazonie... 

Le 22 janvier dernier, le chef indigène Raoni a déposé une plainte, avec son avocat français William Bourdon, devant la Cour pénale internationale (CPI) contre le président Jair Bolsonaro pour crimes contre l’humanité. 

Dans ce dossier d’une soixantaine de pages, le chef d'État brésilien est accusé de meurtres, de transferts forcés de population, et d’écocide contre la forêt amazonienne.

Un reportage signé Anne Vigna

Également au programme de cette émission  

  • Sous les radars, par Emmanuel Grabet 
  • Le cinéma en VO, par Corinne Pélissier

Le film Malcom & Marie sort cette semaine sur Netflix. En tête d'affiche, l'actrice Zendaya, révélée par Disney Channel et devenue la comédienne la plus en vue d’Hollywood.

  • Le monde d'après, l’édito de Jean-Marc Four : toutes les raisons pour lesquelles les pays occidentaux ne vont pas vraiment se fâcher avec Vladimir Poutine.

Programmation musicale

GABRIELS - Love and hate in a different time
Neil YOUNG - Heart of gold

Les invités
Programmation musicale
L'équipe