Ancien chef de l'Etat emblématique du Brésil, Luiz Inacio Lula da Silva a été libéré provisoirement de prison en novembre dernier. Olivier Poujade, journaliste à France Inter, s'est entretenu avec l'ex-président à l'occasion d'un déplacement à Paris, où il était reçu par la maire Anne Hidalgo.

Brésil : entretien avec l'ex-président Lula (Luiz Inacio Lula Da Silva)
Brésil : entretien avec l'ex-président Lula (Luiz Inacio Lula Da Silva) © AFP / CARINE SCHMITT / HANS LUCAS

C'était le 17 novembre dernier : Lula, figure célébrissime de la gauche brésilienne, prononçait ses premier mots hors de la prison de Curutiba, après un an et demi de détention. Il jouit du droit des prisonniers au Brésil, en vertu duquel la remise en liberté est possible tant que tous les recours en justice n'ont pas été épuisés.

Les charges reconnues contre lui pour des faits de corruption n'ont pas été levées pour autant. L'ex-président est en attente d'une série de jugements : il demeure inéligible, et sa remise en liberté est donc provisoire. 

La menace judiciaire n'avait pas empêché ce tribun invétéré de reprendre, pour quelques jours, son costume d'homme politique - et même de militant, contre le pouvoir autoritaire et conservateur de l'actuel chef de l'Etat. Mais par la suite, Lula a été étonnamment silencieux, face peut-être au regain de popularité de Jair Bolsonaro. 

Malgré une présence accrue sur les réseaux sociaux, jouant sur une ligne d'opposition dure au pouvoir en place, le « fils du Brésil » n'a pour autant pas émis de propositions concrètes. Une stratégie qui ne fait pas l'unanimité parmi les rangs de la gauche, y compris au sein du PT (parti travailliste), formation historique de Lula.

Depuis lundi, l'ancien chef de l'Etat est en déplacement à Paris où la maire, Anne Hidalgo, lui a remis la distinction de citoyen d'honneur de la ville. Olivier Poujade, journaliste à France Inter, l'a rencontré. Il sera question de la politique au Brésil, de son opposant politique principal, de l'avenir de l'Amazonie...

Le bruit du monde est à Lesbos, en Grèce

Un reportage de Marie-Pierre Vérot

La situation se tend encore sur les îles grecques, après l'annonce par Ankara de la réouverture des frontières turques, facilitant le trajet des réfugiés moyen-orientaux vers l'Union Européenne. Or les infrastructures proposées par la Grèce pour accueillir les migrants sont insuffisantes, et le camp de la Moria notamment est surpeuplé.

Une partie des habitants locaux se sentent abandonnés par la communauté internationale face à l'afflux de réfugiés. Ces tensions sont instrumentalisées par l'extrême-droite grecque, qui orchestre depuis plusieurs années une propagande contre l'immigration... Et n'hésite pas à user de la violence envers des réfugiés démunis. 

Le Cinéma en VO d'Eva Bettan

Avec La Communion, un film de Jan Komasa.

Le réalisateur polonais raconte l’histoire d’un mineur délinquant, dans un centre de détention, qui voudrait devenir prêtre. Mais son casier judiciaire lui ferme les portes du séminaire. Le hasard d’un emploi dans une scierie le mène dans un village dont il devient le prêtre, sur un malentendu. Il se révèle utile pour les habitants, plus en tout cas que son prédécesseur, alcoolique… 

Le film donne à réfléchir sur le clergé, sur la foi… et c’est une œuvre audacieuse, dérangeante, inspirée d’une histoire vraie.

Programmation musicale

  • Gregory Porter - Revival
  • Cheick Lo, Flavia Coelho, Fixi - Degg Gui
Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.