Dimanche dernier, les Suisses ont voté "non" au projet de création d'un revenu de base universel et inconditionnel (RBI). La Suisse organise trois à quatre référendums par an suite à des initiatives populaires, où les Suisses sont appelés à se prononcer. Toutefois il leur faut reccueillir au moins 100 000 signatures pour que l'initiative soit soumise au référendum national.

Dimanche 5 juin, et pour la première fois dans le monde ,les suisses ont dû se prononce r sur la création d'un revenu de base universel et inconditionnel , pour tous: salariés ou sans emploi. Un montant de 2.500 francs suisses (soit 2 260 euros) était proposé pour tout adulte et de 650 francs suisses pour les mineurs.Ce projet a été soumis par un groupe sans affiliation politique .

Les Suisses , (pour qui la valeur du travail est très importante) ont rejeté massivement cette proposition (à 76.9%), jugeant le projet utopique et tropcoûteux .

Si cette proposition a été rejetée par les Suisses , l'idée fait son chemin dans le monde . La Finlande va se lancer dans unessai d'attribution du revenu universel de base dès le 1er janvier prochain sur un échantillon de la population.

Pourquoi ces pays se posent-ils la question ? À quoi cela est-il dû,comment financer un revenu universel de base et est-ce seulement réaliste ?

Ce soir,pour parler du référendum suisse et de la création d'un revenu de base universel et inconditionnel,l'invité de Nicolas Demorand est Jean-Marc Daniel , professeur d'économie à l'ESCP.

Drapeau Suisse sur le Lac Léman
Drapeau Suisse sur le Lac Léman © CC / Airflore
Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.