Ce soir on part au Bénin où deux Français ont disparu depuis une semaine ; On ira en Autriche où l’on refuse toujours l’énergie nucléaire ; et en Mongolie avec un cas de peste qui inquiète

Le Bénin, dans la crainte des incursions djihadistes

Le Bénin, un pays que l'on pensait épargné par les attaques djihadistes, ce qui n'a pas empêché l'enlèvement de deux Français, non-revendiqué, la semaine dernière. À l’heure qu’il est, on n'a toujours aucune nouvelle de ces deux touristes depuis le 1er mai, si ce n'est que leur chauffeur a été retrouvé mort samedi matin. Cette nouvelle fait craindre que le chaos malien, déjà contagieux avec le Burkina Faso, descende un peu plus encore vers le Benin.

Avec Thomas Hofnung, chef des rubriques Politique et International pour le site The Conversation, spécialiste de l'Afrique. Co-auteur avec Antoine Glaser de "Nos chers espions en Afrique" (Fayard)

Sous les radars… Amélie Perrier nous emmène ce soir

En Mongolie, où un couple est mort de la peste

En Irak, avec du rap islamique qui ne plait pas à tout le monde

Aux Etats-Unis, avec Dolly Parton distinguée par le FBI

L’escale reportage nous emmène ce soir en Autriche

L’Autriche qui a de quoi inspirer les français, toujours très dépendants au nucléaire. La France vient en effet d’officialiser le report de 2025 à 2035 de l’objectif de 50 % d’électricité issue du nucléaire, contre plus de 70 % aujourd’hui. Cela a été officialisé en conseil des ministres, le 30 avril, lors de la présentation du projet de loi sur l’énergie et le climat. L’Autriche, elle, a totalement renoncé à l’énergie atomique. Le pays tourne déjà avec 70 % d’électricité verte, surtout basée sur les centrales hydrauliques le long du Danube. Mais l’Autriche a tout de même dépassé les limites de production de CO2 qu’elle s’était fixée : il reste encore beaucoup d’effort à faire concernant les transports.

Un reportage d’Isaure Hiace

Programmation musicale

Anderson Paak – King James

Jose Feliciano – Light my fire

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.