Ce soir on part au Venezuela où Juan Guaido, président autoproclamé, est de retour depuis lundi ; On ira au Maroc visiter un centre d’accueil des femmes victimes de violences ; Et en Nouvelle-Zélande, avec une poupée Barbie à l’effigie d’une joueuse de rugby

Vénézuéliens devant le pont Francisco de Paula Santander, le 24 février 2019, toujours déterminés à faire passer les camions de l'aide humanitaire malgré l'intervention de la Garde Nationale.
Vénézuéliens devant le pont Francisco de Paula Santander, le 24 février 2019, toujours déterminés à faire passer les camions de l'aide humanitaire malgré l'intervention de la Garde Nationale. © Radio France / Benjamin Illy

Juan Guaido et Nicolas Maduro : le bras de fer pour le pouvoir continue au Venezuela

Lundi, le président autoproclamé Juan Guaido est revenu sans encombre au Venezuela. Menacé par les autorités vénézuéliennes, il a passé la douane sans problème à l’aéroport de Maiquetia, acclamé par la foule. Juan Guaido conteste la légitimité du mandat de Nicolas Maduro, actuellement au pouvoir. Il appelle à une manifestation ce samedi 9 mars pour mettre la pression sur le gouvernement. De son côté, Nicolas Maduro a répliqué hier en expulsant l’ambassadeur allemand au Venezuela, Daniel Kriener. Ce dernier, avec une douzaine d’autres ambassadeurs, avait accueilli Juan Guaido à l’aéroport lundi.

On en parle avec Thomas Posado, docteur en science politique à l’Université Paris VIII, spécialiste du Venezuela

Sous les radars… Amélie Perrier nous emmène ce soir

En Nouvelle Zélande, avec une poupée Barbie à l’effigie d’une star de rugby féminin

En Indes, où 22 villes sont dans le classement des 30 métropoles les plus polluées de la planète

En Malaisie, où l’on peut apprendre à nager comme une sirène

L’escale reportage nous emmène au Maroc

Il y a un an, le Maroc adoptait une loi contre les violences faites aux femmes. Mais cela ne suffit pas à assurer la sécurité des Marocaines. L’association féministe « initiatives pour la protection des droits des femmes » (IPDF) a ouvert, à Fès, un centre d’accueil pour les femmes victimes de violences. Ici, elles apprennent à vivre de façon autonome, à reprendre confiance en elle, à gagner de l’argent grâce à leur travail et repartent ensuite vivre hors du centre avec de nouveaux projets. Le centre Batha, avec cette approche, qui implique les pensionnaires, espère obtenir plus de résultats que la méthode caritative classique.

Un reportage, à Fès, de Nabila El Hadad

Programmation musicale

Nick Waterhouse – Songs for winners

Molly Johnson – Ode to billy joe

Les invités
  • Thomas PosadoDocteur en science politique à l’Université Paris VIII, spécialiste du Venezuela
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.