Nicolas Demorand est allé à la rencontre des électeurs du candidat républicain Donald Trump. Émission spéciale depuis New-York.

Dernier jour avant l'élection présidentielle américaine. Beyonce  lors d'un concert de campagne en faveur d'Hillary Clinton
Dernier jour avant l'élection présidentielle américaine. Beyonce lors d'un concert de campagne en faveur d'Hillary Clinton © Reuters / Brian Snyder

Le scrutin a lieu demain, ce sont les dernières heures avant qu'on sache qui, de Donald Trump ou d'Hillary Clinton, deviendra le 45e président des USA. Beaucoup d'américains ont déjà voté et les spécialistes des sondages essayent déjà, sans succès, d'extrapoler le résultat à partir des premières données disponibles.

Nicolas Demorand reçoit pour évoquer l'élection américaine Ted Conover, auteur de Au fil du rail et Catherine Cusset, auteur de L'Autre qu'on adorait

Catherine Cusset :

Il y a vraiment une fracture entre deux Amérique très différentes. Il y a d'un côté une personne très rationnelle, Hillary Clinton, et de l'autre une personne qui agit sur l'émotion, Donald Trump.

Michael Moore a réalisé un documentaire très intéressant sur ceux qui votent Trump, _Michael Moore in Trumpland_. Pour Catherine Cusset, "c'est une élection extrêmement émotionnelle".

Catherine Cusset explique que "le vote pour Donald Trump est un vote de colère, de gens qui ont perdu leur maison, leur travail et qui veulent du changement. Il n'ont plus qu'un seul pouvoir, celui de voter".

Voter pour Trump représente un sorte de grenade - mais une grenade vraiment très dangereuse.

Elle ajoute : "Lorsque quelqu'un a eu un membre de sa famille assassiné, on ne lui permet pas de faire partie du jury, il y a bien une raison ! C'est la même chose pour l'élection, on ne devrait pas voter dans l'émotion".

L'argument de l'amateurisme de Donald Trump est parfaitement réversible : il ne connaît rien à la politique. Si certains se disent "Il ne sera pas à la hauteur du poste" - d'autres au contraire louent sa sincérité : "eh bien justement, votons pour lui".

Pour Ted Conover, "Donald Trump n'a pas de filtre, il semble parler de son cœur et il y a aujourd'hui un manque de sincérité dans la politique en général donc c'est quelque chose qu'on apprécie".

Il y a de grandes parties du pays où personne ne dit ouvertement qu'il va voter pour Hillary.

Sauf le cas particulier de New-York, tempère-t-il, "une bulle" où tout le monde semble-t-il est en faveur d'Hillary.

Le candidat républicain de Donald Trump
Le candidat républicain de Donald Trump © Reuters / Carlo Allegri

Claude Guibal a rencontré un supportrice de Donald Trump.

Je vote pour Trump parce que je pense qu'il comprend ce que ça veut dire d'être américain. Il travaille dur, il réussit, il représente le rêve américain que l'on veut tous vivre. C'est une révolution."

... Une révolution qui rendrait à l'Amérique sa grandeur, et ses valeurs.

Quant aux accusations de harcèlement, ses propos sexistes... Pour la supportrice, "les médias dominants nous mentent, les élites qui se sentent invincibles, intouchables, elles ne représentent pas les Américains !" Nous sommes entrés dans une nouvelle période : une période post-factuelle.

Ted Conover :

Je ne pense pas que Donald Trump puisse gagner cette élection mais il nous a surpris auparavant. Je suis très inquiet.

Et aussi

  • les reportages de Claude Guibal avec une ultraconservatrice trumpiste,
  • Charlotte Alix sur le bilan culturel d'Obama,
  • Frédéric Carbone pour un best-of de la campagne
  • Géraldine Hallot sur la création d'un congé maternité, une première.

► mardi soir, France Inter propose une nuit exceptionnelle, de 21h à 5h du matin, pour suivre l'élection en direct et en public. Tout le programme de France Inter est à retrouver ici

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.