Ce dimanche, les Espagnols retournent aux urnes. Enième coup de poker du Premier Ministre P. Sanchez pour réussir à former une majorité, c’est aussi la quatrième élection en quatre ans, dans un pays en crise généralisée. Analyse avec le spécialiste de l’Espagne Christophe Barret, et un reportage de Mathieu de Taillac

Les candidats pour les élections générales en Espagne : Pablo Casado, l'actuel Premier ministre Pedro Sanchez, Santiago Abascal et Pablo Iglesias
Les candidats pour les élections générales en Espagne : Pablo Casado, l'actuel Premier ministre Pedro Sanchez, Santiago Abascal et Pablo Iglesias © Getty / Pablo Blazquez Dominguez / Contributeur

C’était le dernier recours de Pedro Sanchez, enlisé dans une crise institutionnelle qui le privait d’une majorité – et donc d’être investi à la tête du gouvernement. De nouvelles élections législatives auront donc lieu en Espagne le 10 novembre, alors que la lassitude des citoyens face à ces scrutins répétés se fait entendre. 

Et pourtant, les derniers sondages donnent peu d’espoir que la donne soit changée : les socialistes menés par Sanchez devraient arriver en tête avec environ 120 députés, mais sans parvenir à constituer de majorité. En cause notamment, un éclatement du bipartisme traditionnel entre le Parti Populaire (PP) et les socialistes (PSOE) au profit de jeunes forces politiques, qui reconfigurent le jeu. Il semble ainsi que l’extrême-droite de Vox fasse une percée historique, avec des résultats qui feraient du parti la troisième force politique du pays… 

Ces élections se tiennent dans un contexte social, économique et politique de crise en Espagne. Chômage en hausse à 13,8% de la population, économie ralentie... Mais il y a aussi, au sein des enjeux qui tiennent cette campagne électorale, la question de la Catalogne, qui a sombré dans la violence au mois d'octobre après l'annonce de condamnations sévères à l'égard de neuf hauts responsables séparatistes. A l'issue du dernier débat, ce lundi, le quotidien la Razon titrait : « La Catalogne, arbitre de l’élection »...

A Madrid, dans tous les quartiers, les électeurs disent leur lassitude, et aussi une colère envers leurs représentants, dont les Espagnols estiment qu'ils ne font pas leur travail. C'est un reportage de Mathieu de Taillac.

Ces élections ont-elle une chance de mettre fin au blocage politique qui paralyse l'Espagne ? Avec nous pour en parler, Christophe Barret, historien et essayiste, auteur de La guerre en Catalogne (2018).

  • Le bruit du monde est en Afrique du Sud, où la danse est une arme de contestation. Le toyi-toyi comme « douzième langue du pays », c'est un reportage de Claire Bargelès

La danse comme outil politique et contestataire n'est pas une nouveauté dans le pays. Déjà, pendant l'apartheid, le toyi-toyi était un vecteur de lutte contre le pouvoir blanc, une façon de construire une identité propre dans les townships. Cette gestuelle de la résistance est restée en héritage : aujourd'hui encore, elle sert à s'approprier l'espace lors des manifestations.

  • L'Europe, tu l'aimes ou tu la quittes. Par Angélique Bouin

A Bruxelles, des députés européens se sont rendus dans un supermarché pour alerter autour d'une pétition, qui demande de rendre obligatoire le logo Nutriscore sur les produits alimentaires. Ce logo indique la valeur nutritionnelle des produits en leur octroyant une lettre en fonction de leur composition ; pour l'instant, il est facultatif dans l'Union Européenne, où les aliments circulent librement par le marché unique.

Et au Luxembourg, on peine à recruter du personnel de santé ; près de deux-tiers des soignants sont de nationalité étrangère. Cela s'explique par le nombre de frontaliers qui restent vivre en France, mais souhaitent travailler dans ce pays où les salaires sont attractifs. Alarmé, le ministère de la Santé a annoncé un plan d'action national face à cette situation de dépendance envers le personnel de santé étranger.

Programmation musicale

Lucas Santtana, Duda Beat - Meu primeiro amor

N'Didi O - He needs me

Les invités
Programmation musicale
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.