Facebook et Twitter ont annoncé hier bannir tous les comptes liés à QAnon. Ce réseau complotiste né aux Etats-Unis, qui prétend lutter contre un Etat profond doublé d'un réseau pédophile et sataniste, prend de l'ampleur à l'approche des élections américaines. Qui sont-ils ?

QAnon : dans la nébuleuse complotiste
QAnon : dans la nébuleuse complotiste © AFP / STEPHANIE KEITH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES VIA AFP

C'est une histoire qui prend ses racines dans le Pizzagate en 2016 : un homme armé entre dans une pizzeria à Washington qu'il pensait être un haut-lieu d'un complot pédophile lié à Hillary Clinton. Finalement, il n'y a rien. Pourtant, cela n'empêche pas des milliers d'internautes de croire en l'existence de ce réseau mondial. Tout s'emballe quand un internaute anonyme, "Q", poste un message prophétique sur le site 4chan annonçant la démantèlement prochain de ce réseau. Même s'il n'en est rien, le mouvement démarre. 

Se basant sur un rhétorique complotiste, ils tentent de lutter contre un prétendu "Etat profond" qui tirerait les ficelles aux Etats-Unis et dans le monde. Leur champion pour affronter ce système n'est nul autre que Donald Trump, et ils attribuent d'ailleurs toutes les critiques qu'il reçoit au fait qu'il lutte activement contre les "élites" de ce réseau mondial pédophile et sataniste

Mais QAnon dépasse largement le cadre des Etats-Unis. C'est une nébuleuse dont on peut aujourd'hui voir des connivences avec de nombreuses autres théories du complot, voire avec des mouvements populistes y compris en Europe. S'appuyant sur les contextes politique et sociaux locaux, jusqu'où se répandent les idées et la rhétorique de QAnon ?

Avec un reportage de Ludovic Piedtenu. 

Avec nous pour en parler

  • Chine Labbé, Rédactrice en chef de Newsguard pour l'Europe

Aussi au sommaire de cette émission

  • Le bruit du monde est en Tunisie avec un reportage de Maurine Mercier sur les migrants tunisiens. 

Les Tunisiens sont désormais la première nationalité de migrants à arriver clandestinement en Italie.  Plus de 6 000 d'entre eux ont atteint les côtes pour les seuls mois de juillet et août.  C’est six fois plus que l'an dernier.   

Près de 10 ans après la révolution, pourquoi ce pays qu'on décrit souvent comme « la seule réussite du Printemps arabe » voit ses jeunes jeter l'éponge et tenter le voyage ? Une sorte de dépression généralisée s’est emparée de la jeunesse.  Le Covid est venu achever ses espoirs.

  • Le cinéma en V.O. par Eva Bettan 

Yalda, la nuit du pardon de Massoud Bakh-Shi. La preuve de la vitalité du cinéma iranien n’est plus a faire depuis longtemps, mais ici le sujet du film étonne. C’est un sujet qui aurait pu être traité - et qui l’a été d’ailleurs - par le cinéma américain : les excès de la télévision. Et l’on découvre  avec ce film qu’en Iran aussi, la télé-réalité n’a pas de limites.

  • Sous les radars, par Amélie Perrier

Il sera question de la double peine des malades mentaux en Indonésie, où les médicaments manquent et où l'on enferme les patients ; des problématiques raciales dans l'agriculture américaine et du succès en bourse de la K-Pop. 

  • Le monde à l'envers, l'édito de Jean-Marc Four

Le Haut-Karabagh comme "appartement témoin" d'un monde peu engageant où la Russie est ambigu, les Etats-Unis sont absents et l'Europe loin derrière. 

Programmation musicale

  • Kiko DINUCCI- Febre do Rato 
  • Lee FIELDS / THE EXPRESSIONS - Make the world
Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.