Ce soir décryptons la première année de l’Amérique de Donald Trump à travers la revue « America », avec François Busnel ; En Grande-Bretagne, une journaliste démissionne de la BBC car son salaire est inférieur à celui des hommes ; Des allemands déménagent en Hongrie estimant que l'Allemagne accueille trop de migrants.

La statue de la Liberté
La statue de la Liberté © Getty

« America », c’est un an d’Amérique. C’est, surtout, un an de Donald Trump. Quels évènements ont marqué « Oncle Sam » en 2017 ? Que s’y passera-t-il en 2018 ? Quelles nouvelles surprises Donald Trump nous réserve-t-il ? On en parle avec notre invité, François Busnel, directeur de la rédaction, qui a consacré, avec Eric Fottorino, directeur de l’hebdomadaire, cette revue trimestrielle en vue de décrypter l’Amérique sous la présidence Trump. 

Sous les Radars. Florence Paracuellos scrute les moindres recoins de l’actualité : 

  • En Grande Bretagne où une journaliste, Carrie Gracie, 30 ans d'ancienneté à la BBC, rédactrice en chef pour la Chine, a démissionné pour cause d’inégalités salariales entre hommes et femmes ; 
  • En Arabie Saoudite, onze princes ont été arrêtés après avoir lutté contre la fin de leurs avantages, tels que la gratuité de l'eau et de l'électricité. Ils sont en prison en attente d'un procès pour trouble à l'ordre public.
  • En Espagne, la légion compte de nombreux obèses dans ses rangs. 6 % des soldats sont concernés. Conséquence d’un manque important d'installation pour faire de l'exercice.

Le Reportage en Hongrie. Viktor Orban, premier ministre hongrois, est le seul dirigeant européen à mener une campagne de haine contre les réfugiés, assimilés à des terroristes. Pendant que de plus en plus d’allemands décident de s’installer en Hongrie, estimant que leur pays est envahi par les réfugiés. Signé Florence La Bruyère. 

Trump| Saison 2. Grégory Philips piste de près l’actualité américaine. Avec, d’abord, ce hashtag qui se diffuse de plus en plus largement depuis les golden globes cette nuit, « Oprah Winfrey présidente », pendant que le président travaille moins d’heures qu’on ne le pense.

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.