Ce lundi s’ouvre le procès de l’ex-policier Derek Chauvin, auteur de la mort de George Floyd à Minneapolis. Son acte avait provoqué une vague d'indignation massive aux États-Unis dénonçant les pratiques racistes de la police envers les citoyens Afro-Américains.

Procès Derek Chauvin : la police et ses méthodes devant la justice américaine
Procès Derek Chauvin : la police et ses méthodes devant la justice américaine © AFP / STEPHEN MATUREN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / GETTY IMAGES

Le 25 mai dernier, George Floyd, Afro-Américain de 46 ans, décédait suite à un contrôle policier dans le centre-ville de Minneapolis, dans l’État du Minnesota aux États-Unis. Une vidéo filmant sa mort était devenue virale sur les réseaux sociaux : on y voit Derek Chauvin écraser la carotide de George Floyd pendant de longues minutes, en dépit des supplications de la victime répétant qu’elle ne peut respirer. La diffusion de cette vidéo avait contribué à déclencher un mouvement d’indignation massif aux États-Unis et dans le monde.

Les manifestants s’étaient rassemblés au printemps dernier derrière le mot-dièse #BlackLiveMatters, lancé en 2014 après la mort de l’Afro-Américain Michael Brown tué lui aussi par un policier, pour dénoncer, au-delà de l’acte commis par Derek Chauvin, les agissements de l’ensemble de l’institution policière. Celle-ci est en effet accusée de racisme, dans un pays où les Afro-Américains ont 2,5 fois plus de probabilité d’être tués par les policiers que les hommes blancs, et dont les meurtres demeurent souvent impunis.

Si le procès s’ouvre en ce début du mois de mars, les débats ne débuteront qu’à partir du 29 mars et le verdict devrait être rendu mi-avril. Inculpé pour meurtre au second degré sans préméditation, il risque jusqu'à quarante ans de prison. Les trois collègues de patrouille de Derek Chauvin seront quant à eux jugés en août, à l’occasion d’un autre procès.

Avec nous pour en parler

Charlotte Recoquillon est journaliste, chercheuse à l'Institut français de géopolitique et spécialiste des violences policières aux États-Unis.

Nous entendrons également un reportage de Claude Guibal et un éclairage de notre correspondant aux États-Unis Grégory Philipps. 

Le Bruit du monde est en Libye où les femmes se battent contre une société de plus en plus conservatrice

On célèbre cette année les dix ans des printemps arabes. En Libye, ces dix dernières années ont semblé interminables. Après la chute de Mouammar Kadhafi, la révolution vire très vite au cauchemar et mes guerres civiles se succèdent. 

Aujourd'hui, nous rencontrons une jeune libyenne de Benghazi, la ville aux mains du Maréchal Haftar. Cette jeune femme se bat pour survivre dans une société que les guerres successives ont rendu plus agressive, plus conservatrice. 

Un reportage signé Maurine Mercier.

Également au programme de cette émission

  • Sous les radars, la chronique d'Amélie Perrier    
  • Le monde d'après, l'édito de Jean-Marc Four

Programmation musicale

DARKSIDE - Liberty bell

Gilberto GIL - Roda

Les invités
  • Charlotte Recoquillonjournaliste, chercheuse à l'Institut français de géopolitique et spécialiste des violences policières aux États-Unis.
Programmation musicale
L'équipe