La semaine passée s'est tenu le 15e sommet Arctic Frontiers, destiné à faire le lien entre politiques, entreprises et chercheurs pour une meilleure gestion de l’Arctique. Pourtant, la fonte des neiges et les appétits des puissances frontalières menacent plus que jamais la zone.

Un brise-glace russe trace son chemin en Arctique
Un brise-glace russe trace son chemin en Arctique © Getty / Per Breiehagen

Le réchauffement climatique a d'importantes conséquences en Arctique : en 2020, la banquise y a atteint la deuxième plus petite superficie jamais enregistrée, après 2012. "Nous nous dirigeons vers un océan Arctique sans glace saisonnière" a déploré Mark Serrez, directeur du National Snow and Ice Data Center (NSIDC) aux États-Unis. 

Si cette nouvelle est peu réjouissante pour la planète, il n’en va pas de même pour les puissances frontalières de l’Arctique, qui considèrent cette fonte des glaces comme une opportunité géopolitique. En décembre dernier, la Cour suprême norvégienne a confirmé l’autorisation d’exploitation pétrolière en Arctique donnée par l’État, en dépit des contestations des ONG.  

De son côté, la Russie rouvre depuis quelques années des bases militaires abandonnées sur les côtes sibériennes. De quoi profiter des nouvelles perspectives de navigation ouvertes par la fonte des neiges. Le Conseil de l’Arctique, forum intergouvernemental créé pour garantir une gestion pacifique de la zone, semble bien démuni pour faire face à ces appétits… 

Avec nous pour en parler

Mikaa Mered est chargé d’enseignement en géopolitique des pôles à HEC Paris. Il est l'auteur de l'ouvrage Les mondes polaires, publié aux Presses Universitaires de Franc (PUF) en 2019.

Le Bruit du monde est à Tombouctou, où s’est déroulé le festival « Vivre ensemble »

La 5ème édition du festival « Vivre ensemble » s’est tenu du 29 au 31 janvier dernier à Tombouctou, dans le nord du Mali. Une ville multiculturelle ou la cohésion sociale ne tient qu’à un fil.

Créé en 2016 par la mission des nations Unies pour le Mali, ce festival se tient tous les ans au mois de janvier, dans une ville marquée par une occupation terroriste en 2012. Du fait de l'application stricte de la charia, la culture est alors proscrite.

Un reportage signé Kaourou Magassa.  

Également au programme de cette émission 

  • Sous les radars, par Amélie Perrier  
  • Pas son genre, par Giulia Foïs
  • Le monde d'après, par Cyril Sauvageot

En Corée du Nord, le dernier régime stalinien de la planète ne fléchit pas. Malgré les sanctions internationales et les effets d’une crise économique majeure, Pyongyang poursuit le développement de son programme d’armement nucléaire. C’est ce que confirme un nouveau rapport des Nations Unies.

Programmation musicale

Benny SINGS - Nobody’s fault 

Michael KIWANUKA - You ain't the problem

Les invités
  • Mikaa MeredProfesseur à l'ILERI en Géopolitique des Pôles et de l'Hydrogène, enseignant à Sciences Po et à l'Ecole de Guerre
Programmation musicale
Les références
L'équipe