Direction la Russie, où le parti de la majorité vient d'essuyer un revers important lors du scrutin local du 8 septembre, perdant près d'un tiers de ses sièges. Le Kremlin de Poutine serait-il dangereusement fragilisé? Explications avec la chercheuse Clémentine Fauconnier.

Elections en Russie, sérieux revers pour Vladimir Poutine
Elections en Russie, sérieux revers pour Vladimir Poutine © AFP / Alexey NIKOLSKY

En Russie, les élections locales ont connu, le week-dernier, un retentissement hors des murs de Moscou. Dans la capitale politique du pays, le parti au pouvoir ne tient plus que 25 sièges de l’Assemblée sur 45, à l'issue d'un scrutin marqué par une forte abstention - seulement 21,77% des moscovites s'étant rendus aux urnes.

Face à ces résultats inédits, la stratégie d'un des principaux opposants à la majorité, Alexeï Navalny, est pointée du doigt. Ce dernier a incité ses sympathisants à un "vote intelligent" - soit un choix rationnel en faveur des candidats ayant le plus de chance de défaire les tenants de Russie Unie. Voilà qui tranche avec l'habituelle politique de boycott que Navalny préconise.

Le parti au pouvoir est-il réellement mis en danger par les retombées de ces élections? Clémentine Fauconnier, chercheuse en science politique et spécialiste du système politique et électoral russe, revient pour nous sur cette question.

  • Le bruit du monde...nous emmène en Inde, avec un reportage de Sébastien Farcis.

A New Delhi se tient jusqu’au 12 septembre la COP14, conférence de l'ONU sur le climat, que l’Inde préside. Dans le pays, un tiers des terres seraient menacées par les bouleversements écologiques et la surexploitation. Sur place, les membres de l'organisation non-gouvernementale Watershed Organisation Trust (WOTR) essaient de repousser le désert. Comme dans cinq autres Etats indiens, WOTR y a appris aux villageois comment protéger les forêts et ainsi, préserver leurs ressources en eau.

  • Le monde selon Trump, saison 3... avec Grégory Philipps.

Alors que la rentrée parlementaire est en cours à Washington, se pose la question d'une procédure de destitution à l'encontre du président Donald Trump.

PROGRAMMATION MUSICALE  

Geoffrey ORYEMA - Ye Ye Ye
Iggy POP  - James Bond

Les invités
  • Clémentine FauconnierChercheuse au Centre de sociologie et de Science politique à l'EHESS, a enseigné pendant 3 ans au Collège universitaire français de Moscou (université d'Etat Lomonossov de Moscou)
Programmation musicale
  • Geoffrey Oryema
    Geoffrey OryemaYe ye yeLabel : REAL/WOR1990
  • Iggy PopJames Bond (Radio edit)2019
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.