Un mois après le renversement d'IBK, des journées de concertation nationale ont débuté au Mali pour préparer la transition. Les militaires, rassemblés derrière le Colonel Goita, ont promis de rendre le pouvoir aux civils après une transition qui pourrait durer, et dont les modalités restent à déterminer...

Des journées de concertation nationale ont réuni des centaines d'acteurs pour tenter d'organiser l'après-putsch au Mali. La junte militaire avait promis de rendre, à terme, le pouvoir aux mains de civils, mais insiste sur le fait qu'ils doivent rester au pouvoir le temps d'une transition dont on ne connaît ni la durée, la nature ou les modalités. Acteurs locaux, nationaux et communauté internationale font valoir leurs intérêts en défendant leur vision de la transition. 

Si le putsch avait été bien reçu par la population malienne, la junte doit désormais s'accorder avec les volontés du Mouvement de 5 Juin et des groupes rebelles, qui avaient mené pendant des mois la contestation contre le président Ibrahim Boubacar Keïta, et qui réclament aujourd'hui un rôle égal à celui de la junte dans les négociations. Ces mouvements sont eux-mêmes en proie à des divisions internes, entre ceux qui réclament une transition longue confiée aux militaires pour préserver la stabilité, et d'autres qui invoquent le fait qu'un pouvoir aux mains des militaires donnerait une très mauvaise image du pouvoir dans les régions instables en proie à divers séparatismes

Avec un reportage de Valérie Crova sur l'ouverture des journées de concertation nationale au Centre International de Conférences de Bamako.

Avec nous pour en parler

  • Laurent Bigot, ancien sous-directeur chargé de l’Afrique de l’Ouest au Quai d’Orsay

Aussi au sommaire cette émission

  • Écris-moi l'Amérique, par François Busnel
  • Le Bruit du Monde est au Brésil, avec un reportage d'Anne Vigna sur les tests de vaccins pour la Covid-19
  • Sous les Radars, par Amélie Perrier : en Allemagne, des manifestations de solidarités avec les réfugiés de Lesbos
  • Le Monde à l'envers, l'édito de Franck Mathevon : en Algérie, un projet de réforme de la Constitution a été adopté aujourd'hui par le Parlement. Il est censé répondre aux attentes du "hirak", le mouvement de contestation contre le régime. Mais à y regarder de plus près, rien n'a changé dans le régime algérien...

Programmation musicale 

  • Meryem ABOULOUAFA - Welcome back to me
  • Raphael GUALAZZI / Gilles PETERSON - Reality and fantasy
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.