Les Algériens voteront demain pour leur nouveau président, dans un contexte politique houleux. Les manifestations ne faiblissent pas et l'abstention s'annonce record. Quel avenir pour une Algérie en profond bouleversement ? Analyse avec Akram Belkaïd, journaliste et écrivain algérien.

Algérie : J-1 avant les élections. Manifestation contre les élections présidentielles.
Algérie : J-1 avant les élections. Manifestation contre les élections présidentielles. © AFP / BILLAL BENSALEM / NURPHOTO

Les manifestations n'auront pas cessé, jusqu'à la veille du scrutin. Hier et pour la quarante-deuxième semaine, les Algériens ont reconduit le hirak (mouvement populaire) et sont descendus dans la rue pour protester contre une élection qu'ils estiment biaisée. A moins de vingt-quatre heures de l'ouverture des urnes, c'est un taux d'abstention record qui est attendu, signe d'un rejet massif de la part de la population. 

Les revendications des manifestants dépassent largement le contexte de l'élection : ils réclament le renouvellement complet d'une classe politique qu'ils considèrent gangrenée par la corruption. Il y a l'impression de devoir adouber à nouveau un représentant de l'ancienne garde. Car parmi les cinq candidats en lice, tous sont d'ex-collaborateurs du président Bouteflika, qui a gouverné pendant quatorze ans avant de démissionner en mai dernier, contraint par sa maladie et par la pression de la rue.

Les pouvoirs publics, eux, mènent une répression sourde : un rapport d'Amnesty International évoque des « arrestations arbitraires », des emprisonnements d'opposants politiques et « la dispersion par la force de manifestations pacifiques ».

Avec nous pour en parler

Notre invité ce soir est Akram Belkaïd, journaliste et essayiste algérien. Il écrit pour le Monde Diplomatique, chronique pour le Quotidien d'Oran et collabore à Orient XXI. Il est l'auteur aux éditions Tallandier de l'ouvrage L'Algérie en 100 questions. Un pays empêché (2019)

Le bruit du monde

est auprès d'un mouvement LGBT, dans une église rwandaise. Un reportage de Laure Broulard

A Kibali, dans la capitale rwandaise, s'est implantée une église évangélique qui se présente comme « inclusive ». L'église TIFAM (The Fellowship of Affirming Ministers) souhaite prendre le contrepied des évangélistes particulièrement conservateurs qui gagnent en influence dans le pays. Alors que le Rwanda fait figure d'exception en Afrique pour son absence de pénalisation de l'homosexualité, les personnes LGBT continuent à y subir des stigmates...

Le cinéma en VO

Nous parlons ce soir du nouveau film de Terrence Malick, La vie cachée. Par Eva Bettan

Cette semaine sort le dixième long-métrage du réalisateur américain. En Autriche, après l'annexion allemande, un paysan refuse de faire allégeance aux nazis, au péril de sa vie et de celle de sa famille. L'occasion de célébrer aussi bien un héros presque anonyme, qui aurait pu rester inconnu, que la symbiose entre l'homme et la nature - une thématique qui a toujours animé le cinéma, rare mais précieux, de Malick.

Le Monde à l'Envers

Par Isabelle Labeyrie

Les invités
  • Akram BelkaïdJournaliste au Monde diplomatique, chroniqueur au Quotidien d’Oran, collaborateur à Orient XXI
Programmation musicale
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.