Direction le Brésil ce soir où l'ex-président Lula vient de jeter l'éponge ce mardi, à un mois des élections ; Le Maroc et notamment, le quartier Hay Mohammadi de Casablanca, qui a été l'un des cadres tragiques des années de plombs à l'époque d'Hassan II. Et en Afrique pour une gorgée de bière au goût amère...

Le candidat à l'élection présidentielle brésilienne Jair Bolsonaro fait campagne dans le district de Ceilandia à Brasilia (5 septembre 2018). le candidat d'extrême-droite poignardé, est toujours "dans un état grave"
Le candidat à l'élection présidentielle brésilienne Jair Bolsonaro fait campagne dans le district de Ceilandia à Brasilia (5 septembre 2018). le candidat d'extrême-droite poignardé, est toujours "dans un état grave" © AFP / EVARISTO SA

Le Brésil une présidentielle dans ce chaos

Au Brésil l'ex-président Lula vient de  jeter l'éponge ce mardi. Il a passé le flambeau à son numéro 2, Fernando Haddad, que si peu de gens connaissent, pendant que le leader de l'extrême droite lui, à l'hôpital après un coup de couteau est passé en tête des sondages.  La présidentielle, dans ce chaos, c'est le 7 Octobre dans 1 mois quasi jour pour jour...

Décryptage avec notre invité Gaspard Estrada directeur exécutif de l’Observatoire Politique de l'Amérique latine et des Caraïbes (OPAC).

Sous les radars, Amélie Perrier nous emmène ce soir 

  • En Afrique avec une façon de vendre de la bière bien particulière. Une enquête passionnante d'un journaliste néerlandais, sur Heineken en Afrique. La bière rapporte près de 50% de plus sur ce continent qu'ailleurs dans le monde, grâce au développement de la classe moyenne et des coûts de production plus faibles. Mais le 2ème brasseur mondial en veut encore davantage  apparemment et parmi les pratiques les plus choquantes peut-être, l'embauche de vendeuses par Heineken abusées sexuellement... 
  • En Arabie Saoudite où c'est un petit déjeuner, tout ce qu'il y a de plus chaste et anodin, qui vient d'offenser les autorités. 
  • En Chine qui elle voudrait davantage encourager les siens à se reproduire mais parfois la pilule a du mal à passer 

Le reportage nous emmène au Maroc... Avec Stéphanie Wenger 

A Casablanca, dans le quartier Hay Mohammadi, qui a été l'un des cadres tragiques des années de plombs à l'époque d'Hassan II. Comment faire face à cette mémoire douloureuse ? Est-ce qu'on oublie, ou est-ce qu'on ouvre les lieux de mémoire ? 

Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.