Le secrétaire général de l'OTAN, M. Jens Stoltenberg, se rend à la Maison Blanche ce mercredi 12 avril 2017 pour sa première rencontre avec le président Donald Trump.

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, en conférence de presse à Bruxelles - 31 mars 2017
Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, en conférence de presse à Bruxelles - 31 mars 2017 © AFP / Dursun Aydemir / ANADOLU AGENCY

L’OTAN a été critiquée pendant l’élection américaine, puis par le Président Trump qui a déclaré que les États-Unis n’avaient pas vocation à être les gendarmes du monde, qui plus est à leurs frais. Les membres de l’OTAN doivent donc augmenter leurs dépenses militaires pour rester sous le parapluie commun.

Dans la campagne électorale française, l’OTAN est également un marqueur sensible, certains diront symbolique voire caricatural, de l’indépendance du pays : en sortir, y rester, y rester sous conditions, toute la gamme est possible.

En jeu : l’indépendance de la France.

Nicolas Demorand en parle ce soir avec Olivier Kempf, chercheur associé à l'IRIS. Il dirige la lettre stratégique La Vigie.

Les invités
  • Olivier Kempfconsultant cyber, dirige le cabinet stratégique La Vigie
Programmation musicale
  • FOXYGENFollow the leader (radio edit)2017
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.