Comment être une femme célibataire - et souhaiter le rester - dans la Chine actuelle ? La journaliste américaine Roseann Lake nous en parle dans son nouvel essai, "Casse-tête à la chinoise : mari ou carrière ?". Un témoignage des bouleversements à l'oeuvre en Chine aujourd'hui.

En Chine pour trouver un mari ou une femme à leurs enfants, les parents n'hésitent pas à se rendre au « marché du mariage ».
En Chine pour trouver un mari ou une femme à leurs enfants, les parents n'hésitent pas à se rendre au « marché du mariage ». © Getty / VCG

Roseann Lake, journaliste américaine et ancienne envoyée spéciale de The Economist en Chine, s'est intéressée aux sheng-nu - littéralement, les "femmes qui restent". Elle y décrit le destin de trentenaires chinoises célibataires et sans enfants, subissant une forte pression sociale pour rentrer dans la norme. De divers portraits de femmes, elle a tiré un essai édifiant, titré Casse-tête à la chinoise : mari ou carrière. 

Ces femmes, ce sont des trentenaires, pleines de succès dans leur carrière professionnelle, mais soumises aux pressions de leurs pairs du fait de leur célibat. Paradoxalement, plus leur niveau d'étude est élevé, plus leurs difficultés sont grandes à trouver un conjoint - quand elles souhaitent en avoir un... Comment alors concilier recherche d'un concubin et réussite professionnelle? 

En miroir de ces femmes "périmées", il y a encore deux fois plus de Chinois célibataires, eux plus souvent issus de milieux ruraux. Lake n'oublie pas d'en faire mention pour brosser le portrait complet d'une Chine en mutation, profondément marquée par la politique de l'enfant unique.

  • Le bruit du monde nous emmène observer l'enseignement des langues au Bénin...

Où coexistent pas moins de cinquante langues nationales. Pourtant, les dialectes sont parlés mais rarement appris à l'école. Comment faire vivre la richesse de cet héritage linguistique? A Médédjonou, à la pointe Sud du territoire, le jeune slameur Gopal Das enseigne le langage aux enfants à travers des ateliers. Il bénéficie pour cela de l'aide d'une association attachée à la culture locale, Leaders Solidaires.

Gopal Das fait l'instruction de l'alphabet goun, qui emprunte au français mais comprend aussi ses propres sons et signes alphabétiques. Lui a appris le goun non pas en famille, mais grâce à la Bible, traduite il y a cent-cinquante ans par des missionnaires protestants. Un savoir qu'il transmet aujourd'hui aux plus jeunes.

  • L'Europe, tu l'aimes ou tu la quittes... avec Pierre Benazet

L'Happiness Research Institute a mené, à la demande du Conseil nordique, une étude sur l'impact des réseaux sociaux sur les jeunes scandinaves. Conclusion? Ils ne sont pas forcément nocifs, si on les consulte avec modération.

Pour les condamnés en justice danois, en revanche, les téléphones portables sont plutôt un poison... Un grand nombre de jugements se sont vus récemment annulés en raison de l'invalidité de preuves... fondées sur la géolocalisation.

Enfin, à Bruxelles, l'opération "Rent-a-German" permet aux habitants de la capitale de "réserver" un allemand pour découvrir la culture germanique!

Programmation musicale : 

Anderson PAAK, Nate DOGG - What can we do?

Leyla McCALLA - Little Sparrow

Les invités
Programmation musicale
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.