Alors que le Premier Ministre éthiopien, Abiy Ahmed, vient d'être récompensé du Prix Nobel de la Paix, le pays qu'il dirige a souffert ces dernières semaines d'une explosion de violences dont la population peine à se remettre. Analyse avec Sonia le Gouriellec, politologue spécialiste de la Corne de l'Afrique.

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed
Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed © AFP / MICHAEL TEWELDE

Ce matin, à l'issue d'une enquête qui aura duré plus de cinq mois, soixante-huit personnes ont été inculpées par la justice éthiopienne. Elles sont soupçonnées d'être à l'origine d'un coup d'Etat échoué, dans la région d'Amhara, en juin dernier. Cette opération avait provoqué la mort du chef de l'Etat-major éthiopien et du président de la région. 

Cette affaire intervient alors que le pays se remet à peine de plusieurs semaines de violences civiles. Le 25 octobre, des affrontements entre ethnies et avec les forces de l’ordre avaient éclaté autour de la grande ville d'Adama, faisant soixante-dix-huit morts. Dans la montée des tensions, beaucoup soulignent le rôle de Jawar Mohammed, un entrepreneur américain très influent dans le pays et défenseur de la communauté orobo. Il aurait encouragé les jeunes de son ethnie à descendre dans la rue contre le pouvoir central, aux cris de « Down, down, Abiy ».

L'intimidation, c'est le début de la dictature. Jawar Mohammed au sujet du Premier Ministre éthiopien

C’est dire l’ampleur des défis qui attendent le Premier Ministre en poste, Abiy Ahmed, qui a été récompensé cette année du prix Nobel de la Paix. Il est accusé de s'être montré impuissant face aux violences. Mais d'autres dossiers brûlants l'attendent encore, à l'horizon des élections de mai 2020, qui semblent être compromises. Il y a notamment les partenariats avec la Chine, les tensions avec l'Egypte concernant la construction d'un immense barrage sur le Nil. Mais aussi, et surtout, la perspective d'un accord de paix avec l'Erythrée - ancienne province éthiopienne, aujourd'hui indépendante - dont les termes semblent difficiles à trouver. 

Le Premier Ministre saura-t-il sortir de cette crise de légitimité ?  Avec nous pour en parler : Sonia le Gouriéllec, maîtresse de conférences en science politique à l'Université Catholique de Lille, spécialiste des questions sécuritaires dans la Corne de l'Afrique.

  • Le bruit du monde nous emmène au Sri Lanka, à la veille des élections présidentielles. Un reportage de Sébastien Farcis

Les Sri-Lankais éliront leur président ce samedi 16 novembre. Le favori du scrutin est Gotabhaya Rajapksa, frère de l'ex-chef de l'Etat Mahinda Rajapksa et militaire de carrière. Il avait notamment été secrétaire d’Etat à la Défense à la fin de la guerre civile qui avait déchiré le pays. Après les attentats du mois d’avril, qui avaient fait 258 morts, ce profil sécuritaire semble rassurant pour les citoyens. Pourtant, Rajapksa est aussi une main de fer qui a fait enlever, et peut-être tuer des militants et journalistes qui le critiquaient dans la presse… Une candidature qui suscite donc espoir d’un côté, et terreur de l’autre.

  • L'Europe, tu l'aimes ou tu la quittes. Par Pierre Benazet

Cette semaine, en Europe, on parle d'un incendie criminel qui agite la Belgique, des inextricables limitations de vitesse bataves, des relations explosives du Danemark avec la Suède et de ses relations manuscrites avec l’Islande.

Programmation musicale

Iggy Pop - Loves Missing

Alela Diane - The Pirate's Gospel

Les invités
  • Sonia le GouriellecMaîtresse de conférence en science politique à l’Université catholique de Lille, spécialiste de la Corne de l’Afrique.
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.