Hermann Goering à Nuremberg en 1945
Hermann Goering à Nuremberg en 1945 © CC-PD-Mark PD US Government

1376 tableaux, 250 sculptures, 168 tapisseries... Entre 1933 et 1945 on compte 100 000 oeuvres volées par le numéro 2 d'Adolf Hitler, Hermann Goering . Ces oeuvres pillées d'artistes tels que Rubens, Poussin, Fragonard, Watteau, Monet, Renoir mais aussi de "dégénérés" comme Cézanne et Munch étaient destinées à décorer les murs de la gigantesque résidence de Goering située à 40km au nord de Berlin. Une équipe d'archivistes et d'historiens français ont retranscrit le catalogue qui mentionne l'intégralité des oeuvres d'art pillées par les Nazis pour le compte de Goering. Ce catalogue est conservé aux archives diplomatiques du Quai d'Orsay à la Courneuve.

En France les musées nationaux ne peuvent être pillés, contrairement à ceux des pays d'Europe de l'Est, mais les collections privées appartenant à des familles juives sont déclarées illégales par décret. Le musée du Jeu de Paume se transforme alors en centre de tri. Rose Valland , la conservatrice du musée à l'époque, dresse la liste des oeuvres volées ainsi que la liste des hommes de Goering chargés du pillage. Dès la Libération, à partir de ses notes, elle se lance dans une traque qui durera jusqu'à la fin de sa vie.

L'inventaire de ces oeuvres pillées s'accompagne du récit de leur collecte ainsi que de leur destin après-guerre, tous les propriétaires n'ayant pas été retrouvés. Ce manuscrit très précieux témoigne du pillage systématique et démesuré des oeuvres d'art par les Nazis et pourra également permettre aux personnes spoliées de leurs biens de les retrouver...

Jean-Marc Dreyfus , historien spécialiste de la Shoah et de la Seconde Guerre mondiale, est l'invité de Nicolas Demorand . Il vient présenter son nouveau livre Le Catalogue Goering (Flammarion, 2015) coécrit avec les Archives diplomatiques.

Les trésors volés de Goering
Les trésors volés de Goering © Hulton-Deutsch Collection/CORBIS
Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.