Dans le Nord de l'Éthiopie, au Tigré, le conflit n'en finit pas de faire des ravages. Si le gouvernement a annoncé la fin officielle de son intervention armée en décembre, les ONG s'alarment quant à la situation sanitaire dramatique dans laquelle se trouvent les populations.

La région éthiopienne du Tigré est coupée du monde depuis trois mois. Les rares informations qui en parviennent - le gouvernement limitant l’accès de la zone aux ONG - sont alarmantes. Depuis le début du conflit en novembre, plus d’un million de personnes sur les six que compte la région auraient du quitter leur foyer, et entre 2,5 et 3 millions auraient besoin d’une aide alimentaire d’urgence. 

Début décembre, le gouvernement avait annoncé la fin de l’offensive militaire de ses troupes dans la région, laquelle avait débuté le 4 novembre, en réponse aux velléités jugées dissidentes du Front de libération des peuples du Tigré (TPLF). Pourtant, le premier ministre du pays, Abiy Ahmed avait reçu le Prix Nobel de la Paix en 2019 pour avoir mené son pays à une réconciliation avec l’Érythrée voisine et pour ses tentatives de réformer l’Éthiopie.       

Avec nous pour en parler   

Sonia Le Gouriellec est maîtresse de conférences en science politique à la Faculté de Droit de l’université catholique de Lille.      

Le Bruit du monde est en Bavière, qui adopte des mesures plus strictes face au Covid-19   

Au sud de l’Allemagne, en Bavière, les frontières sont fermées depuis samedi soir minuit : celle au sud avec l’Autriche et la région du Tyrol (où les stations de ski étaient encore ouvertes il y a peu), et celle à l’est avec la République tchèque, l’un des pays d’Europe les plus touchés actuellement par la pandémie. 

C’est une décision forte, critiquée par l’Union Européenne. Mais lorsqu’on observe les mesures prises par cette région allemande depuis un an (le coronavirus a fait son apparition le 27 janvier l’an dernier ici pour la première fois en Allemagne), l’on est moins surpris. 

C’est ce que l’on vous propose d’explorer ce soir. À coups de restrictions plus strictes que dans le reste de l’Allemagne, la politique maximaliste bavaroise est-elle efficace contre le coronavirus ? 

Un reportage signé Ludovic Piedtenu.

Également au programme de cette émission    

  • Sous les radars, par Amélie Perrier  
  • Pas son genre, par Giulia Foïs
  • Le monde d'après, l’édito de Jean-Marc Four

Programmation musicale   

Billie EILISH - Therefore I am

TIKEN JAH FAKOLY - It's because I'm black

Les invités
  • Sonia le GouriellecMaîtresse de conférence en science politique à l’Université catholique de Lille, spécialiste de la Corne de l’Afrique.
Programmation musicale
L'équipe