Avec les législatives de ce mardi, le chef de l'Etat israélien Benyamin Netanyahu met en jeu sa survie politique. Que faut-il attendre du scrutin alors que le Likoud, le parti majoritaire, s'essouffle dans les sondages ? Explications avec le journaliste israélien Dov Alfon et un reportage de Frédéric Métézeau.

Les leaders des listes Benyamin Nétanyahou, Avigdor Liberman, Ayelet Shaked, Benny Gantz et Ayman Odeh
Les leaders des listes Benyamin Nétanyahou, Avigdor Liberman, Ayelet Shaked, Benny Gantz et Ayman Odeh © AFP / JACK GUEZ, GALI TIBBON, DEBBIE HILL, AHMAD GHARABLI / POOL

Le 17 septembre doivent se tenir de nouvelles élections à la Knesset, après l'échec du scrutin d'avril à former un nouveau gouvernement pérenne. Nucléaire iranien, accords avec la Russie, dossier palestinien... Les sujets à tension sont nombreux. Fragilisé par l'échec politique d'avril et menacé par l'imminence d'une procédure judiciaire, Netanyahu mène de front la bataille électoraliste. 

Sa promesse d'annexer la Cisjordanie, qui renforce les tensions avec les Palestiniens, était destinée à s'attirer les faveurs de la droite. Pourtant, c'est toujours le parti de centre-droit Bleu-Blanc, mené par Benny Gantz, qui se trouve en tête des sondages. Mais l'écart des prévisions se joue à un fil : en Israël, on craint un bis repetita de l'impasse des dernières élections.

Quelle issue pour ces législatives à fort enjeu ? Qu'attendre de la nouvelle majorité - s'il s'en dégage une, cette fois ? Pour en discuter, Dov Alfon, correspondant du quotidien israélien Haaretz à Paris. Dans un reportage de Frédéric Métézeau, on se rendra à Jérusalem pour sonder la popularité fragilisée du Premier Ministre. 

  • Le bruit du monde... avec les musulmans convertis au Rwanda. Par François Hume

Le Rwanda a longtemps été "le pays le plus catholique d'Afrique". Pourtant, depuis le génocide de 1994 et le profond traumatisme qu'il a laissé, certains rwandais se tournent vers la foi musulmane, autrefois marginalisée. Et ils sont de plus en plus nombreux : on compte aujourd'hui 15% de musulmans dans le pays... contre 2% avant la guerre civile.

En cause, notamment : les preuves de solidarité venues de la communauté musulmane pendant les événements - mais aussi la duplicité d'une partie des ordres ecclésiastiques chrétiens avec les auteurs du massacre.

Mais ce facteur n'explique pas seul l'engouement pour les conversions - il faut aussi y voir l'influence des investisseurs du Golfe, qui financent écoles et mosquées dans le pays. 

  • Le monde selon Trump saison 3, par Grégory Philipps...

Aujourd'hui, on revient sur l'affaire Brett Kavanaugh. Le juge de la Cour Suprême est visé par de nouvelles accusations d'inconduite sexuelle, alors que sa nomination il y a un an avait déjà été houleuse... et le président Trump lui assure tout son soutien.

Programmation musicale

The Black Keys - Sit Around and Miss You

Calypso Rose - Calypso Blues

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.