L’incendie du camp de Moria, sur l'île de Lesbos, entre le 8 et le 9 septembre, cristallise les problèmes de gestion des flux de réfugiés dans l'Union Européenne. Beaucoup fustigent la responsabilité de l'UE dans ce drame. En réponse, la présidente de la Commission Européenne s'est exprimée aujourd'hui sur le sujet.

Suite à l'incendie, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé aujourd'hui vouloir "abolir le règlement du Dublin" pour mettre en place un "nouveau système européen de gouvernance de la migration", fondé sur des structures communes plus équilibrées et solidaires dans la gestion des flux migratoires. Jusqu'alors, la réponse européenne se cantonnait à la livraison de matériel d'urgence.

Plus de 12 000 personnes se sont retrouvées sans abri la semaine dernière après l'incendie du camp de Moria, sur l'île grecque de Lesbos. Le camp n'était à l'origine prévu pour accueillir que 3 500 personnes.

D’aucuns pointent du doigt la responsabilité du règlement de Dublin, qui confie les demandes d'asile aux pays de première entrée des migrants. La Grèce, Malte ou l'Italie doivent donc faire face à des arrivées disproportionnées de réfugiés, logés dans des camps précaires comme celui de Moria où le traitement des dossiers peut durer des mois, voire des années.

Depuis 2015, une succession de virages politiques a conduit à la dégradation des conditions d'accueil des réfugiés, menant inévitablement à ce genre de drames. Entre le règlement de Dublin, la délégation à la Turquie de la gestion des flux migratoires aux frontières de l'Union et le durcissement des politiques migratoires des pays d'accueil, beaucoup estiment que des catastrophes comme l'incendie du camp de Moria sont prévisibles et évitables.

Avec nous pour en parler

  • Sylvain Kahn, historien et géographe, professeur et chercheur à Sciences Po 
  • Marie-Pierre Vérot, journaliste

Aussi au sommaire de cette émission

  • Le cinéma en V.O. par Eva Bettan : Africa mia, un documentaire entre le Mali et Cuba : l'histoire de Las Maravillas de Mali, un groupe de musiciens maliens à la Havanne dans les années 60, qui nous renvoie à toute une époque, une configuration du monde et un moment politique : l'idéal socialiste, tant à Cuba qu'au Mali. 
  • Le bruit du monde est en Irak, avec un reportage de Lucile Wassermann sur les tentatives pour confisquer les armes illicites qui abondent depuis 2003.

Programmation musicale

Chico BUARQUE - Essa moca ta diferente

Les invités
Programmation musicale
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.