Alors que le bilan de contagion du Cov-2019 ne cesse de s'alourdir, que l'épidémie peine à être endiguée, la gestion de crise du gouvernement chinois est critiquée - pour son attentisme et sa culture du secret notamment... Le coronavirus affaiblira-t-il Xi Jinping ? Explications avec le sinologue Jean-Philippe Béja

 Xi Jinping le 10 février 2020
Xi Jinping le 10 février 2020 © Getty / LIU BIN / XINHUA

Depuis l'apparition de cette pneumonie virale, au mois de décembre dernier, la contagion ne cesse de s'étendre. Le Covid-2019 a fait à ce jour 1770 victimes, dont un décès hors d'Asie, en France. Près de cent nouveaux cas ont de surcroît été détectés à bord du Diamond Princess, ce paquebot à bord duquel la maladie s'était déclarée début février et qui mouille en quarantaine, au port de Tokyo. 

Alors que l'inquiétude s’accroît, c'est le pouvoir chinois qui se trouve sous le feu des critiques pour sa gestion de l'épidémie. Prise en charge tardive des patients et de leurs frais de santé, mesures sanitaires insuffisantes sont pointées du doigt. 

Mais il y aussi la question des lanceurs d'alerte réduits au silence, comme le médecin Li, qui avait alerté début décembre sur la gravité du virus depuis son épicentre, Wuhan, sans être entendu. Sa mort des suites de la contagion a provoqué émoi et colère sur les réseaux sociaux chinois. La culture du secret et les pratiques répressives du pouvoir communiste rattrapent le gouvernement, alors que des voix s'élèvent dans la société civile pour en déplorer les dérives. 

Le pouvoir chinois semble donc presque déstabilisé, loin de son habituelle mécanique, contrôlée et secrète. Au point où la session plénière du Parlement, événement crucial de la vie politique chinoise qui devait débuter le 5 mars, pourrait bien être reportée. Une pétition lancée par des Chinois en colère face à la gestion du virus était adressée aux parlementaires...

Avec nous pour en parler

Jean-Philippe Béja, spécialiste de la Chine et directeur de recherche émérite au CERI/CNRS, est notre invité ce soir.

Le bruit du monde est au Soudan

Et à Karthoum, plus précisément, où la transition démocratique est en marche. Un reportage de Martin Roux

Depuis six mois, un mécanisme de transition vers une élection présidentielle a débuté dans ce pays de la corne de l’Afrique. Un gouvernement de transition a été mis en place pour assurer ce processus, qui devrait durer trois ans. 

Pour éviter tout retour du régime autoritaire qui faisait loi auparavant, des « comités de résistance » ont pris place dans chaque quartier de la ville. Au sein de ces groupes, la jeunesse compte défendre les acquis de la révolution. L'objectif : lutter contre les partisans de l'ancien régime grâce à des permanences informatives, des projections...

Le monde selon Trump : saison 4

Par Isabelle Raymond

Alors que la saison démocrate est lancée depuis le début du mois, le président Trump en profite pour faire sa campagne en parallèle. Trois meetings sont prévus cette semaine, dans chacun des Etats où se tiennent les scrutins démocrates... Une contre-programmation qui vise à voler la vedette de ses adversaires politiques.

Mais pendant ce temps, un semblant de primaires républicaines se tient, où l'adversaire de Trump obtient des scores dérisoires - il n'y aucun suspense sur le représentant du camp conservateur aux élections de novembre 2020. Cette campagne du président est l'occasion de rassembler ses militants et de tester la fidélité de sa base. 

Dans le Nevada, prochain chapitre pour les démocrates, Michael Bloomberg rentrera en lice. L'ancien maire de New York et milliardaire n'a pas pris part aux caucus de l'Iowa mais mène une campagne coûteuse...

Programmation musicale

  • Other Lives - Lost Day
  • Nouvelle Vague, Camille - Making plans for Nigel
Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.