Un accord sur le Brexit a enfin été annoncé par la Commission. Est-ce vraiment la fin d'une saga qui dure déjà depuis trois ans ? Rien n'est sûr, car les travaillistes britanniques annoncent déjà en rejeter les termes. Analyse avec la spécialiste du Royaume-Uni Pauline Schnapper, et le candidat pro-Brexit David Young.

Accord sur le Brexit : affaire conclue ?
Accord sur le Brexit : affaire conclue ? © Getty / Thierry Monasse / Contributeur

« Nous en avons un ! »

C'est ainsi que le président de la Commission Européenne Jean-Claude Juncker annonce ce matin, enthousiaste, l'avènement d'un accord avec le Royaume-Uni sur sa sortie de l'Union. Des pourparlers achevés in extremis, quelques heures avant le début du sommet du Conseil européen qui doit s'attaquer à un grand nombre d'autres sujets sensibles. 

Les négociateurs britanniques et continentaux se sont félicités de cette issue qu'ils estiment « juste et raisonnable », dans les mots de Michel Barnier, chargé par la Commission de mener les débats. Jusqu'ici, les horizons de l'accord étaient très incertains - avec, en épée de Damoclès, la perspective d'un "no deal" aux graves conséquences économiques.

Cette fois, les négociations se sont cristallisées autour de l'épineuse question de l'Irlande du Nord, assujettie au Royaume-Uni, et sa frontière avec l'Irlande, qui elle, est indépendante et membre de l'Union. Il a été décrété un status quo ante où l'Irlande du Nord demeurera une portée d'entrée du marché unique. L'accord prévoit enfin une sortie transitionnelle du Royaume-Uni jusque fin 2020, pouvant être étendue sur une ou deux années supplémentaires.

Mais tous les obstacles sont loin d'être levés. Le projet de sortie doit encore être adopté par les Parlements européen et britannique - or les travaillistes, par la voix de leur chef Jeremy Corbyn, ont déjà fait savoir qu'ils considéraient l'accord inacceptable, appelant à le rejeter. Les unionistes du DUP nord-irlandais maintiennent également leur opposition aux conditions posées par l'Union. On se souvient que le premier accord, négocié par Theresa May en novembre 2018, avait été rejeté trois fois par la Chambre des Communes, le rendant caduque...

Peut-on réellement espérer un Brexit en douceur après ces trois tumultueuses années de divorce ? Cet accord est-il synonyme d'une sortie du Royaume-Uni le 31 octobre ? Analyse avec Pauline Schnapper, professeure en civilisation britannique à l'Université de Sorbonne-Nouvelle, et le candidat du parti Brexit David Young.

  • Le bruit du monde nous emmène auprès d'une rock school au Kosovo. Par Louis Seiller

A Mitrovica, dans le nord du Kosovo, la population est divisée par les tensions entre albanais et serbes, qui gardent encore les séquelles de la guerre civile de 1998. Dans le processus de réconciliation, l'école de musique de la ville, fondée après le conflit par des ONG, joue un rôle prépondérant. Elle permet à des jeunes de jouer ensemble, dans des groupes mixtes, pour apprendre à dépasser les frontières des quartiers communautaires.

Programmation musicale : 

Britanny Howard - Stay High

Victor Deme - Djon'maya

Les invités
  • David YoungConservateur. Actuel candidat du Parti Brexit. Fondateur d'un cabinet de conseil en cession d'entreprises
  • Pauline SchnapperProfesseur de civilisation britannique à la Sorbonne Nouvelle
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.