En Biélorussie, de nouvelles manifestations ont eu lieu dimanche pour réclamer le départ du président Loukachenko, en place depuis vingt-six ans. Une mobilisation inédite par son ampleur, en dépit d'une répression violente, véritable guerre d'usure menée par le pouvoir. Analyse avec la chercheuse Ioulia Shukan.

En Biélorussie, la contestation du pouvoir se poursuit malgré la répression
En Biélorussie, la contestation du pouvoir se poursuit malgré la répression © AFP / Stringer

La mort d'un homme lors d'une arrestation par la police biélorusse a suscité une vive émotion au sein de l'opposition au gouvernement de Loukachenko et les manifestations ont gagné en intensité ce dimanche. La répression s'accentue et se fait de plus en plus violente alors qu'on estime que près de 20 000 personnes ont été arrêtées depuis le début des manifestations et que l’OSCE dénonce des "violations massives des droits de l'homme".

Les manifestations réclamant le départ d'Alexandre Loukachenko, réélu frauduleusement et soutenu par la Russie, se poursuivent sans discontinuer depuis le 9 août. Trois mois plus tard, son régime ne vacille pas et l'opposition menée par Svetlana Tikhanovskaïa, réfugiée en Lituanie, continue de demander à l'Union Européenne d'élargir les sanctions à l'encontre du gouvernement biélorusse

Avec nous pour en parler

  • Ioulia Shukan, maitresse de conférences en études slaves à l’Université Paris-Nanterre, spécialiste des mobilisations collectives en Biélorussie et Ukraine.

Aussi au sommaire de cette émission 

  • Le bruit du monde est à la frontière entre le Soudan et l'Ethiopie avec un reportage d'Elliott Brachet
  • Sous les radars, par Amélie Perrier
  • Le cinéma en VO, par Corinne Pélissier
  • Le monde d'après, l'édito de Jean-Marc Four
Les invités
  • Ioulia ShukanMaitresse de conférence en études slaves à l'Université Paris-Nanterre, spécialiste des mobilisations collectives en Biélorussie
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.