Le choix du futur premier ministre britannique est en train de se dessiner au parti conservateur, et c’est Boris Johnson le grand favori ; On ira au Japon à la recherche des enfants disparus ; Et aux Philippines où on sauve les coraux avec de la dentelle

 Boris Johnson, député conservateur et candidat à la direction du parti, quitte son domicile à Londres le 19 juin 2019.
Boris Johnson, député conservateur et candidat à la direction du parti, quitte son domicile à Londres le 19 juin 2019. © AFP / NIKLAS HALLE'N

Qui pour remplacer Theresa May ?

Le vote des députés conservateurs pour désigner le successeur de Theresa May va prendre fin jeudi 20 juin. Boris Johnson sera aux portes du 10 Downing Street, favori de l’élection il a déjà remporté largement le scrutin de mardi avec 126 voix sur 313. Il reste quatre candidats pour un autre scrutin ce mercredi soir, et jeudi, en fin de journée, ils ne seront plus que deux. 

Rory Stewart, de son côté a vu sa popularité exploser ces dernières semaines. Le ministre devrait être le principal candidat face à Boris Johnson. Ce sont les 160 000 adhérents du parti conservateur qui choisiront leur candidat à partir du 22 juin.

Avec Jeremy Stubbs, président du Parti conservateur britannique en France

Sous les radars, Hélène Roussel nous emmène

En Californie, un état progressiste, mais où l’on prononce encore beaucoup de peines de mort

Aux Philippines, où l’on va essayer de sauver les coraux avec de la dentelle

En Angleterre, où l’on a confondu Maria Carey et Marie Curie pour décorer un gâteau

L’escale reportage nous emmène au Japon

Le Japon, un pays que l’on connaît très peu et dont les particularités nous surprennent souvent. On a beaucoup parlé récemment du système judiciaire nippon dans l’affaire Ghosn, mais il existe bien d’autres aspects méconnus des lois nippones. Par exemple, le cas de parents étrangers confrontés malgré eux au code civil nippon. Ce sont des histoires d’amour qui finissent mal, celle de Stéphane, comme celle de Tommasso. Un jour leur femme japonaise les a quittés, avec les enfants, et depuis c’est l’incompréhension, la colère et le désespoir

Un reportage de Karyn Nishimura-Poupee

Programmation musicale

Nick Waterhouse – I feel an urge coming on

Amy Winehouse – You kow I’m no good

Les invités
  • Jeremy StubbsPrésident du parti conservateur britannique à Paris
Programmation musicale
  • Amy WINEHOUSEYou Know I'M No Good (Radio Edit)2007
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.