La Syrie, à la veille de son quatrième Noël en guerre

Pendant que le groupe Etat Islamique déroule une propagande parfaitement huilée et reprise dans le monde entier... Pendant que l'attention se focalise sur les filières djihadistes, des civils continuent de mourir à Alep et Homs sous les coups terribles des bombes barils lancées par l'aviation du régime.Les bilans s'alourdissent de Noël en Noël, et le sapin ici prend sa définition funéraire. 200 000 morts dont 9 000 enfants. Des millions de réfugiés.

Comment parler de la Syrie quand tout semble déjà dit ? Comment interpeller quand l'indifférence l'emporte depuis quatre ans ? Tout est résignation et épuisement. La mort est devenue familière, on vit avec.

Alors que la presse internationale peine à travailler en territoire syrien, le cinéma porte aujourd'hui une puissance de témoignage à travers un film : Eau Argentée (en salles depuis le 17 décembre)

Invités d'Eric Valmir ce soir, Ossama Mohammed et Wiam Simav Bedirxan, co-réalisateurs de ce film documentaire hors norme qui bouscule les esprits, un film aux images souvent insoutenables accompagnées d'une voix off qui leur donne un sens.

Cinéaste exilé en Europe, Ossama Mohammed reprend les images tournées par les smartphones sur place et postées sur Youtube. Des images dont il connait parfaitement la source. Devant cette fureur de violence et de douleur, sa voix, presque une mélodie douce questionne la barbarie, le conflit et le mutisme ambiant.

C'est par hasard sur Facebook qu'il rencontre une journaliste kurde Wiam Simav Bedirxan. La jeune femme vit toujours dans les débris de Homs. Elle lui demande conseil, elle a une caméra et ne sait quelles images tourner. "Tout" lui répond Ossama.

Homs
Homs © / CTC

La Syrie dans le silence de la mort, la Syrie qui souvent exprime un monologue privé d'échos affiche ici une rencontre plurielle.

Celle d'un Syrien et d'une Kurde, d'un homme et d'une femme, de la parole et de l'image, de la couleur rouge quand elle est sang mais aussi coquelicot dans la main d'un enfant, de cette étrange ambivalence entre la mort et la poésie.

Sans jamais se départir d'une réalité de terrain, sans jamais être démonstratif ou lyrique.

Un musée événement en Tasmanie, une île au large de l'Australie

Dans le Sud de l'Australie, sur l'ile de Tasmanie, étrange musée qui parvient à attirer près un million et demi de visiteurs en quatre années d'existence. Caroline Gillet a visité cet étonnant Musée of old and new art.

Le plus grand cinéma du monde à Wuhan, en Chine

Han Show Theatre à Wuhan
Han Show Theatre à Wuhan © Radio France

Une expérience précurseur à Wuhan, ville de dix millions d'habitants au coeur de la Chine, capitale de l'automobile... On vient d'ouvrir un theatre pour 2000 spectateurs : le HAN SHOW THEATRE avec six scènes, dont une aquatique pour y livrer toutes sortes de spectacles. Le show inaugural était inspiré de Las Vegas et signé Franco Dragone. Reportage à Wuhan, Philippe Reltien .

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.