Une nouvelle variante de la Covid-19 s'est déclarée au Royaume-Uni, dans le Kent, en septembre dernier, poussant le pays à se reconfiner partiellement. Cette variante, dont la capacité de contamination est 70% supérieure à celle du virus déjà connu, a gagné le Nord de l'Europe. Quelles conséquences sur le continent ?

La frontière française avec le Royaume-Uni est fermée
La frontière française avec le Royaume-Uni est fermée © AFP / JUSTIN TALLIS

C'est la nouvelle évolution du Covid qui inquiète à travers l'Europe et pousse les pays, les uns après les autres, à se barricader. Le "VUI-202012/01", apparu en Grande-Bretagne en septembre, a connu une nette accélération depuis le mois de novembre. Si pour l'instant, il est impossible de dire que le virus aurait gagné en agressivité ou augmentation des formes graves - « aucune preuve d’un changement de la gravité de la maladie » pour l'OMS -, cette variante favorise considérablement les risques de contamination - jusque 70% plus contagieuse. 

Le ministre de la santé britannique, Matt Hancock, a reconnu que la propagation de la Covid-19 était "hors de contrôle" outre-Manche - nécessitant un reconfinement partiel de la capitale et d'une partie du pays. Plus de 16 millions de citoyens devraient être cloîtrés chez eux au moment des fêtes de Noël. Des mesures qui n'auront pas suffi à contenir la variante, dont on trouve dorénavant des traces au Danemark, aux Pays-Bas, en Australie et en Afrique du Sud.

Face à ce nouveau risque, l'Europe s'inquiète et referme ses portes : les gouvernements belge, néerlandais ou italien ont suspendu leurs liaisons avec le Royaume-Uni jusqu'à nouvel ordre. L'Union Européenne, elle, a recommandé une reprise du trafic avec le pays pour les voyages dits essentiels. 

Quel scénario envisager pour ce potentiel nouveau tournant de l'épidémie, à la veille des fêtes de fin d'année, et alors que le vaccin sera autorisé dans l'Union dès le 27 décembre ? 

  • Avec nous pour en parler

Didier Pittet, infectiologue et épidémiologiste aux Hôpitaux Universitaires de Genève, à la tête de la mission d’évaluation de l’exécutif sur la gestion de la crise du coronavirus. Il est l'auteur de Vaincre les épidémies (Hugo & Cie, 2020)

Image impressionnante d'une voiture de police passant devant une file de camions et de véhicules de marchandises garés au bord d'une section fermée de l'autoroute M20 qui mène au port de Douvres, en Angleterre
Image impressionnante d'une voiture de police passant devant une file de camions et de véhicules de marchandises garés au bord d'une section fermée de l'autoroute M20 qui mène au port de Douvres, en Angleterre © AFP / Julien Taillis

Le bruit du monde est en Irak, où le trafic d'antiquités reprend à la faveur de la pandémie

En Irak, alors que les touristes et les archéologues ont déserté les lieux, les trafiquants d'antiquités reprennent leur activité, profitant des conséquences de la Covid-19. La destruction du patrimoine de Palmyre par l'Etat Islamique, en 2017, avait permis une mise en lumière de cette problématique, lorsque le Conseil de sécurité de l'ONU avait qualifié ces actes de crime contre l'humanité. 

Un récit de Lucile Wassermann depuis le site archéologique d'Aqarquf, à l'ouest de Bagdad, où la police des Antiquités tente de reprendre le contrôle face aux pilleurs.

Au programme de cette émission également...

  • Sous les radars, Amélie Perrier : il sera question de la mise en cause d'un ministre tunisien, de la présence russe en Centrafrique, et... de homards.
  • La chronique "Pas son genre" de la semaine, avec des contes de fée revisités à la manière inclusive !
  • Le Monde à l'Envers de Franck Mathevon

Programmation musicale

Carmen McRae - I haven't got anything better to do

Eels - Are we alright again ?

Les invités
Programmation musicale
Les références
L'équipe