Ce soir, dialogue avec Gilles Kepel, qui revient sur 40 ans de crises au Moyen-Orient et en méditerranée dans son dernier opus "Sortir du chaos" Gallimard. Nous sommes aussi au Mexique, pour l'escale reportage. Le Mexique qui veut savoir ce qu'il est advenu des 43 étudiants disparus en 2015.

Gilles Kepel
Gilles Kepel © Radio France / capture d'écran

Moyen-Orient : La logique du chaos

"Sortir du chaos: Les crises en Méditerranée et au Moyen-Orient" . 40 ans de crises observée et analysées par notre invité ce soir Gilles Kepel. 

On y trouve son analyse sur les raisons du chaos, entre pétrole et islam politique. Pourquoi l'enthousiasme des printemps arabes a été le plus souvent douché et quel est le jeu des grandes puissances aujourd'hui. En quoi, l'Islam est devenu une arme politique? 

Sous les radars avec Amélie Perrier 

Direction le Nord Kivu, en République Démocratique du Congo et plus précisément au Nord-Est à Beni où les habitants subissent des attaques régulières de la part de rebelles. La dernière en date c'était samedi soir. 11 civils et 1 militaire ont été tués, une dizaine d'enfants ont disparu. Depuis 4 ans la région de BENI est la cible d'une série d'attaques et la population se sent délaissé et les autorités bien impuissantes face à aux ADF (les Forces Démocratiques Alliées)  

Direct d'Europe où l'on s'inquiète du retour de certains discours "populistes" nationalistes portés par des héritiers des personnages les plus sombres du siècle dernier. Et quand on parle d'héritier, il y a parfois des liens qui vont au-delà de la politique, comme cette euro députée Alessandra Mussolini la petite fille de Benito Mussolini  

La Belgique, indignées pas un classement comme on en trouve beaucoup sur le net. Une liste des 45 attractions touristiques "surcotées, surmédiatisées et à éviter à tout prix". La RTBF note qu'on y trouve un seul édifice belge, le Manneken-Pis. Le site "Far and Wyde" juge "inexplicable" la célébrité de la statue de Bruxelles. 

Le reportage nous amène au Mexique ce soir .... 

Le président fraîchement élu du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, s’est engagé à créer une commission de vérité pour éclaircir le mystère des quarante-trois étudiants disparus. L’affaire remonte au 26 septembre 2015 : à Iguala, dans le sud du Mexique, six personnes étaient tuées et quarante-trois élèves de l’Ecole normale rurale d’Ayotzinapa disparaissaient. Ils auraient été enlevés par des policiers municipaux de mèche avec un cartel local.  Plus de quatre ans sont passés et l’enquête officielle est plus décriée que jamais. Le gouvernement de l’actuel président Enrique Peña Nieto a toujours maintenu ce qu’il appelle sa “vérité historique” : les étudiants ont été tués et leurs corps brûlés dans une décharge. Reportage de notre correspondante à Mexico Emmanuel Steels 

Le Monde selon Trump… avec Loïg Loury en direct de New-York 

Et un président Américain dont le nouveau cheval de bataille est cette colonne de migrants qui approche, avec tous les fantasmes et les fake news qui vont avec

Le monde à l’envers – Cyril SAUVAGEOT

Chine/USA : la vraie menace nucléaire

Donald Trump a annoncé ce week-end le retrait américain d’un traité nucléaire signé avec l’Union Soviétique à la fin des années 80. Un accord que Moscou est accusé de« violer depuis de nombreuses années ». Mais bien plus que la Russie, c’est la Chine qui est directement visée par Washington.

L’escalade verbale de ces dernières 48 heures entre Russes et Américains ne doit pas faire oublier l’essentiel : c’est avant tout en effet pour contrer les ambitions militaires de la Chine – bien plus que pour faire pression sur Vladimir Poutine – que Donald Trump a décidé de rayer d’un trait de plume cet accord bilatéral signé en 1987. Le Kremlin peut bien annoncer son intention de « riposter, en construisant de nouveaux missiles ». L’un des initiateurs du traité, Miraïl Gorbatchov peut bien sortir de son silence pour appeler Washington à « revenir sur sa décision » afin je cite de « préserver la vie sur Terre », tout cela ressemble à un banal remake de la Guerre Froide. Alors que l’enjeu capital se situe ailleurs... Bien plus à l’Est. Dans le Pacifique, où le régime de Pékin multiplie les manœuvres, et affiche de plus en plus ses revendications territoriales autour notamment de récifs en mer de Chine transformées en bases militaires...

Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.