Dans son nouveau long-métrage qui sortira en salle demain, Ken Loach dépeint, au travers du quotidien d'une famille de Newcastle, les dérives de l'ubérisation du travail. Le réalisateur britannique nous en parlera ce soir, en compagnie de la journaliste spécialiste de l'actualité cinéma, Eva Bettan.

Ken Loach pour le film "Sorry We Missed You" lors de la 72e édition du Festival de Cannes, mai 2019
Ken Loach pour le film "Sorry We Missed You" lors de la 72e édition du Festival de Cannes, mai 2019 © AFP / ALBERTO PIZZOLI

"Sorry We Missed You"

Le film s'inscrit dans la droite ligne de la filmographie de Ken Loach, qui s'applique depuis toujours à faire le récit de la pauvreté et des oppressions. Il raconte, cette fois, l'histoire de Ricky et Abby Turner, un couple vivant avec leurs deux enfants dans le Nord de l'Angleterre - une région fortement paupérisée. Tous deux travaillent très dur, enchaînant les petits boulots pour subvenir aux besoins de la famille et rembourser les dettes accumulées. 

Ils décident, pour améliorer leur quotidien, d'investir dans la nouvelle économie : le travail ubérisé, dans lequel Ricky s'engage en devenant livreur « indépendant »... pour une entreprise. Pour cela, il lui a suffi d'acheter une camionnette. Mais les Turner déchantent vite : ils découvrent un travail ultra-précarisé, déshumanisant, bafouant les droits sociaux, dont la violence finit par se répercuter sur la vie familiale.

Le film, projeté à l'Assemblée Nationale française la semaine dernière, est sans aucun doute une arme politique, destinée à alerter sur les dangers d'une société d'ubérisation forcenée. Toujours aussi engagé, le cinéaste se dit proche du Labour britannique - il ne se cache pas de son enthousiasme pour le leader du parti, Jeremy Corbyn. Ce dernier est régulièrement critiqué pour des positions considérées comme extrêmes, mais Ken Loach voit en lui le seul dirigeant à même de sortir le pays de la crise, et capable de répondre aux besoins des Britanniques.

Le réalisateur a également fait entendre sa position sur le Brexit, qui s'éternise au Royaume-Uni - il voit en ce débat interminable une distraction destinée à masquer les problèmes sociaux profonds du pays.

Ken Loach sera avec nous ce soir pour parler de son film, mais également de sa position sur l'Europe et la classe politique britannique, aux côtés d'Eva Bettan, journaliste spécialiste de l'actualité cinématographique et littéraire.

  • Le bruit du monde nous emmène en Ethiopie, où le combat contre le mariage de jeunes filles mineures s'intensifie. Par Vincent Dublange

Le gouvernement éthiopien s'est fixé un objectif ambitieux : la fin des unions précoces d'ici l'année 2024. Dans le pays, pour des raisons économiques et traditionnelles, 4 jeunes filles sur 10 sont encore concernées par ce fléau - bien que cela soit interdit par la loi. Dans la province d'Ahmara, au nord du territoire, des missions fédérales se sont jointes à Unicef, ainsi que certaines autorités religieuses, pour sensibiliser la population et faire évoluer les mentalités.

Programmation musicale

Norah Jones - Begin again 

Lou Reed, the Velvet Underground - Sweet Jane

Les invités
Programmation musicale
Les références
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.