Le 10 novembre prochain, les électeurs espagnols se rendront aux urnes pour une quatrième élection générale en quatre ans. L'Espagne serait-elle devenue ingouvernable ? Explications avec Barbara Loyer, géopolitologue spécialiste des questions espagnoles, et un reportage de Pierre Chaperon.

Alors que les dernières élections législatives se sont tenues en avril dernier, le chef de l'Etat Pedro Sanchez n'est toujours pas parvenu à former une majorité. Aucune formation politique n'a accepté de le soutenir en vue de son investiture, censée avoir lieu ce lundi, et aucune négociation n'a abouti sur un accord. Cet échec est synonyme d'une dissolution de l'Assemblée, suivie de l'organisation de nouvelles élections. Une perspective qui suscite la lassitude d'une grande partie de la population, face aux scrutins à répétition qui leur renvoient l'image d'un vote "inutile". Et coûtent par ailleurs très cher à l'Etat - 540 millions d'euros ont été déboursés depuis 2015. 

Ce blocage institutionnel est-il symptomatique d'une crise du système politique espagnol ? Jusque ces dernières années, ce dernier était bi-partisan, polarisé autour du Parti Populaire à droite, et du Parti Socialiste à gauche. Les élections permettaient une alternance de ces deux forces politiques, or aujourd'hui cinq partis rallient plus de 10% des voix. En effet, ces dernières années ont vu l'apparition de nouvelles forces politiques, parmi lesquelles Podemos et Ciudadanos, qui ont reconfiguré le jeu partisan.

Un reportage de Pierre Chaperon nous emmène à Madrid, où les Espagnols expriment leur colère et leur incertitude face à un énième scrutin.

Ces nouvelles élections vont-elles permettre de sortir de l'impasse de l'instabilité gouvernementale ? Avec nous pour en parler, Barbara Loyer, enseignante-chercheuse spécialiste des questions de politique espagnole.

  • Le bruit du monde... avec la colère des Afghans envers les ressortissants étrangers. Par Sonia Ghezali

Alors que les élections présidentielles afghanes se tiendront dans cinq jours, un nouvel attentat meurtrier a eu lieu à Kaboul, provoquant la mort de seize personne et des centaines de blessés. Il visait le quartier résidentiel de Green Village, où vivent des ressortissants étrangers. L'attaque, revendiquée par les talibans, a également touché la population civile afghane, psychologiquement épuisée par les attentats à répétition. Les habitants de la capitale tiennent la présence des étrangers pour responsable, car ces derniers sont une cible privilégiée des talibans. 

  • Le monde selon Trump, saison 3... avec Grégory Philipps

La sphère politique américaine est agitée par un scandale qui implique l'Ukraine. Le président Trump aurait demandé à son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, de lui fournir des informations sur Joe Biden, potentiel adversaire démocrate lors des présidentielles de 2020. Une demande évidemment tout à fait illégale, qui pourrait alimenter les procédures d'impeachment contre le chef de l'Etat américain.

Programmation musicale :

Black Pumas - Fire

Madeleine Peyroux - Careless Love

Les invités
  • Barbara LoyerPolitologue spécialiste de l'Espagne, enseignante et chercheure en géopolitique à l'Université de Paris-VIII Saint Denis
Programmation musicale
  • Black Pumas
    Black PumasFire2019
  • Madeleine PEYROUXPlage 1
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.