Le 27 octobre, les Argentins se rendent aux urnes - et il semble qu'ils choisiront d'écarter le chef de l'Etat sortant, M. Macri. Qu'attendre de ce scrutin qui s'inscrit dans une crise économique profonde ? Analyse avec Gaspard Estrada, directeur exécutif de l'Observatoire politique de l'Amérique latine et des Caraïbes

Élections présidentielles dans une Argentine en crise
Élections présidentielles dans une Argentine en crise © AFP / ALEJANDRO PAGNI /

À trois jours des élections présidentielles en Argentine, ces dernières semblent déjà jouées. Les derniers sondages donnent plus de vingt points d'avance au péroniste Alberto Fernandez, principal opposant du candidat de centre-droit, le président sortant Mauricio Macri. Depuis une primaire organisée en août, qui le donnait déjà gagnant, l'écart s'est encore creusé : M. Fernandez pourrait être élu dès le premier tour. Cela signerait la fin d'une ère libérale qui n'aura duré que quatre ans, et dont le bilan économique a profondément déçu les Argentins.

Cette perspective de bouleversement politique a fait dégringoler le cours de peso, les marchés financiers craignant le retour au pouvoir du socialisme. Un phénomène de dévaluation qui enfonce plus encore l'Etat dans la crise - car la particularité de ce scrutin, c'est qu'il intervient dans un contexte politique et économique très troublé en Argentine. Cette dernière se trouve en pleine récession, avec une inflation galopante et une population dont 35% vit sous le seuil de pauvreté. Il y a comme un écho de la grave crise de 2001, qui avait mené le pays au défaut de paiement.

Les Argentins sont descendus dans la rue, à Buenos Aires, pour protester contre la candidature du président sortant, et pour faire entendre leur désarroi face à une situation économique déclinante. Mais aussi pour exprimer leur peur d'un recul sur l'IVG, auquel M. Macri se déclare désormais défavorable... 

Des crispations sociales et politiques que l'on retrouve, en ce moment, dans un nombre grandissant de pays sud-américains. Chili, Equateur, Bolivie : partout, émeutes et protestations secouent les populations, face au coût de la vie et aux réactions jugées insuffisantes des pouvoirs publics. Parfois - comme ce sera sûrement le cas en Argentine dimanche - les élections jouent un rôle d'exutoire, une façon de faire entendre la colère, de sanctionner les politiques par le vote. 

Le futur gouvernement désigné sera-t-il à même de sortir l'Argentine de cette crise globale ? Comment interpréter la multiplication de mouvements sociaux en Amérique du Sud ? Avec nous pour en parler, Gaspard Estrada, directeur exécutif de l'Observatoire Politique de l'Amérique latine et des Caraïbes (OPALC) de Sciences Po.

  • Le bruit du monde nous emmène auprès d'un journaliste syrien, exilé en France. Par Claude Guibal

Hossam al Barom était étudiant en science politique à Deraa lorsque la révolte syrienne y a commencé et avec elle, les premières victimes du régime al-Assad. Depuis, il est devenu correspondant pour la chaîne Rozana, qui chronique depuis Paris le quotidien de la population syrienne. Avec son téléphone portable, Hossam documente discrètement les exactions, au risque d'être repéré par des agents locaux, fidèles au régime. Depuis que la persécution de sa profession s'est accrue en Syrie, il a été accueilli par la France. C'est maintenant à distance qu'il assiste au sort de son pays, et notamment celui des minorités kurdes...

  • L'Europe, tu l'aimes ou tu la quittes. Par Angélique Bouin

Aujourd'hui, on parlera notamment d'une décision du Parlement Européen, qui a recadré la Commission au sujet de la préservation des abeilles : les parlementaires ont adopté, à une écrasante majorité, une mesure d'opposition à la réforme d'évaluation des risques environnementaux présentés par les produits phytosanitaires - comme les pesticides - à l'égard des abeilles.

Programmation musicale 

The National - Oblivion

Tricky - Evolution Revolution Love

Les invités
  • Gaspard Estradadirecteur exécutif de l’Observatoire Politique de l'Amérique latine et des Caraïbes (OPALC).
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.