Alors que les mouvements contestataires contre le "dernier dictateur d'Europe" continuent de rassembler le peuple biélorusse, Loukachenko ne relâche pas son pouvoir et continue de mener une répression sévère. Qu'est-ce qui lui permet de tenir bon face à l'ampleur des oppositions ?

Alexandre Loukachenko en août 2020
Alexandre Loukachenko en août 2020 © Getty / Valery Sharifulin

Ce dimanche, le président Alexandre Loukachenko est apparu armé d'un fusil d'assaut et d'un gilet pare-balles, ce qui semblait être un message envoyé à ses opposants : il ne cédera pas et la répression pourrait s'intensifier.  Les mouvements contestataires qui secouent la Biélorussie depuis le 9 août 2020 semblent avoir mis le "dernier dictateur d'Europe" en position de faiblesse : jamais l'opposition n'avait été aussi forte contre cet homme au pouvoir depuis 1994 (dernières élections libres) qui a verrouillé les institutions biélorusses et s'est assuré un contrôle total du pouvoir politique. 

Pourtant, Loukachenko ne baisse pas les yeux face aux opposants. S'appuyant sur une loyauté des forces de sécurité biélorusses qui semblent sans faille, et sur une rhétorique d'un complot étranger, quels sont les fils qui empêchent aujourd'hui Loukachenko de tomber ? 

Avec nous pour en parler

  • Florent Parmentier, secrétaire général du CEVIPOF Sciences Po
  • Eric Biegala, journaliste à la rédaction internationale de Radio France, en direct de Vilnius
  • Claude Bruillot, notre correspondant à Moscou

Aussi au sommaire de cette émission

  • Le bruit du monde est en Côte d'Ivoire, dans le fief d'Henri Konan Bédié (principal opposant à Ouattara), avec un reportage d'Amandine Réaux sur les violences communautaires. 
  • Pas son genre, par Giulia Foïs
  • Sous les radars, "Un anniversaire silencieux pour les Rohingyas" d'Amélie Perrier
  • Le monde à l'envers, l'Edito par Jean-Marc Four

Programmation musicale

  • Dan CROLL - Stay in L.A.
  • GOTAN PROJECT - Santa Maria (Del Buen Ayre)
Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.