Au premier plan de la fabrique du divertissement, les séries séduisent de plus en plus et deviennent un canal de revendication, notamment vis-à-vis de la question du genre. Entre abolition des stéréotypes et enjeux féministes, à quoi ressemblent les séries post #MeToo?

Illustration pour séries télé.
Illustration pour séries télé. © AFP

De "Melrose Place" à "Sex Education", l'image de la femme a bien changé. Problématique sociétale autant que commerciale, le féminisme s'est peu à peu distillé dans nos séries... Mais ça ne s'est pas fait tout seul. Les dernières années et le mouvement #MeToo ont poussé les créateurs et les acteurs à s'engager sur le terrain des représentations et à cesser de survoler des questions trop longtemps mises de côté. 

Les "Alerte à Malibu" et autres sitcom ont fait la part belle au regard masculin, banalisant le sexisme aux yeux du téléspectateur. Une certaine idée de la virilité, tout en muscle et force de décision en opposition à une féminité se parant de sensibilité dans un maillot de bain. La série, une des plus regardée du monde à l'époque, ne tiendrait pas 5 minutes en 2019 car, depuis, l'industrie a décidé de prendre en compte le "female gaze" ou "point de vu féminin". 

Petit à petit, par des "Desperate Housewives" et "Sex & The City", les séries donnent la parole aux femmes, déconstruisant des préjugés: drôles, cheffes d'entreprise, ouvertement polygames... Il aura pourtant fallu attendre le mouvement #MeToo pour balayer des codes bien ancrés. Et ce sont désormais aussi les sujets traités qui font la différence. "13 reasons why" dénonce la culture du viol, "Big Little Lies" aborde les violences faites aux femmes, "Sex education" l'avortement... 

Le féminisme serait-il devenu bankable aux yeux des créateurs de séries? Comment ces nouvelles héroines on su conquérir les téléspectateurs? Retour sur ces dernières années qui ont vu naître l'âge d'or des séries féministes. 

Avec nous pour en parler

Charlotte Blum, journaliste séries chez OCS. 

Le bruit du monde

est à Cuba, où des milliers de médecins ont été rapatriés cette année. Un reportage de Domitille Piron.

Ces missions médicales représentent pour la Havane la première entrée de devise dans le pays mais avec la droitisation du continent sud-américain, elles se retrouvent sous le feu des critiques. Cuba avance alors l'argument de solidarité envers les plus démunis. 

A l'aéroport de la Havane, nous avons interrogé les professionnels de santé accueillis en héros. Des retours sous tension, notamment pour les médecins rapatriés de Bolivie où ils ont été accusé de financer les protestations en faveur d'Evo Morales. 

Programmation musicale 

Lizzo - Jerome

Jimi Hendrix - Bleeding Heart

Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.