Alors que les observateurs craignaient un scrutin houleux, le premier tour des élections présidentielles et législatives s'est déroulé dans le calme. Elles font suite à une semaine de heurts inquiétants, dans un pays en guerre civile depuis huit ans... Analyse avec le chercheur Roland Marchal.

En Centrafrique, au lendemain des élections présidentielles, ici à Bangui, 27 décembre 2020
En Centrafrique, au lendemain des élections présidentielles, ici à Bangui, 27 décembre 2020 © AFP / NACER TALEL / ANADOLU AGENCY

Le premier tour des élections s'est déroulé sans heurts, certes, mais sous l'étroite surveillance des forces armées rebelles, qui occupent les deux-tiers de l'immense territoire centrafricain. Une majeure partie de la population, hors de la capitale, a probablement été empêchée de se rendre aux urnes.

La Centrafrique, en proie à la guerre civile depuis 2012, fait face à une résurgence agressive des milices rebelles, qui mènent une offensive contre le président sortant et favori du scrutin, Faustin Archange Touadéra. Des casques bleus de l'Organisation des Nations Unies ont été envoyés sur le territoire, ainsi que des forces russes et un survol d'avions français. Cela n'a pas empêché les groupes armés de briser le cessez-le-feu décrété mercredi. 

Les premiers résultats du vote de dimanche devraient être connus dans une semaine, mais aucune victoire définitive ne pourra être annoncée avant le 18 janvier - tous les bulletins doivent être rapatriés dans la capitale, Bangui, pour être comptabilisés, au risque que nombre d'entre eux soient subtilisés par les rebelles.

L'issue de ce scrutin soulève les inquiétudes, et notamment la crainte que le pays, déjà ravagé par la guerre, ne replonge dans la violence et les affrontements...

  • Avec nous pour en parler

Roland Marchal est chercheur au CNRS, au Centre de Recherches Internationales de Sciences Po. Il est spécialiste en géopolitique de l'Afrique subsaharienne.

Le bruit du monde nous emmène auprès d'agriculteurs colombiens désemparés

Direction la Colombie où les agriculteurs sont à l'agonie. La pandémie de la Covid-19 a fait chuter les prix de vente et ces dernières semaines, on a vu des champs de manioc détruis par des tracteurs, des caisses de pommes de terre jetées aux ordures... Désespérés, les agriculteurs appellent aux aides de l'Etat.

Reportage de notre correspondante en Colombie, Najet Benrabaa

Sous les radars de Mariam el Kurdi 

Où il sera question d’une vidéo rare qui témoigne de la cruauté des passeurs avec des Rohingyas, lors d’une traversée en mer vers la Malaisie, sur un bateau.

De la prochaine une du Elle britannique, montrant une mannequin d’origine sud-soudanaise embrassant sa compagne. Une couverture politique pour faire taire la haine dont la jeune femme est victime depuis l’annonce de son mariage.

Et enfin, une belle histoire de fin d’année : deux lingots d’or trouvés dans un égout par deux agents de nettoyage à Bruxelles...

Le monde selon Trump, Sébastien Paour 

PROGRAMMATION MUSICALE 

Tora - Call your name

Wax Tailor feat. Aloe Blacc - Time to go

Les invités
L'équipe