Italie : le Premier ministre démissionne, son successeur ne fait pas l’unanimité et loin de là. Les italiens sont appelés à se rendre aux urnes pour une nouvelle élection au plus tard "début 2019". Nous irons aussi au Nicaragua, en Angleterre ou aux USA. Et puis, l’escale reportage nous emmène en Jordanie, ce soir.

Le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, a abandonné dimanche son mandat pour former un gouvernement après l'effondrement des négociations avec le président.
Le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, a abandonné dimanche son mandat pour former un gouvernement après l'effondrement des négociations avec le président. © AFP / VINCENZO PINTO

Quatre jours avant de dire « Ciao »

Il n’a même pas eu le temps de défaire ses cartons, quatre jours après la prise de ses fonctions le nouveau Premier ministre italien Giuseppe Conte jette l’éponge. Il démissionne, plongeant le pays dans une nouvelle crise politique. 

Pourquoi a-t-il baissé les bras si rapidement ? Quelques heures avant sa démission, le président italien Sergio Mattarella venait une nouvelle fois de brandir son véto en refusant qu’un ministre europhobe soit nommé à l’économie. 

J’avais annoncé à M. Conte que j’accorderai une attention particulière à certains ministères, déclare-t-il. Il m’a présenté une liste que j’ai acceptée en tous points, à l’exception du choix du ministre de l’économie. Dans mon rôle de garant, je ne pouvais pas accepter un choix qui aurait pu conduire à la sortie de l’Italie de l’euro et provoquer les inquiétudes des investisseurs italiens et étrangers. Il est de mon devoir d’être attentif à la protection de l’épargne italienne, qui est la garantie de protéger la souveraineté de l’Italie.

Du côté des deux formations politiques qui espéraient se partager le pouvoir, La Ligue d’extrême droite d’un côté et Le Mouvement Cinq Etoiles de l’autre, ils crient au déni de démocratie. 

Les deux mouvements politiques jugent la décision de Sergio Mattarella « inadmissible », évoquent une « haute trahison » et réclament sa destitution.
Carlo Cottarelli, incarnation de l’austérité budgétaire, succède à Giuseppe Conte et est chargé de former un nouveau gouvernement. Un gouvernement qui n’obtiendra probablement pas la majorité au Parlement, dominé par La Ligue et Le Mouvement Cinq Etoiles. Les Italiens vont donc devoir retourner aux urnes, au plus tard « début 2019 »

Enième rebondissement en Italie, on en parle avec Giuliano da Empoli, ancien conseiller politique de Matteo Renzi, président du think tank Volta à Milan. 

Sous les radars de l’actualité : Florence Paracuellos nous emmène au Nicaragua, en Grande-Bretagne, et aux Etats-Unis

  • Nicaragua – Le pays est en pleine crise politique depuis mi-avril. Le bilan est de 84 morts et 860 blessés. 
  • Grande-Bretagne – Londres s’adapte aux nouveaux modes de paiement. Le maire a inauguré le lancement du règlement sans contact pour les artistes de rue. 
  • Etats-UnisBoys Band BTS, premier groupe de K-pop en tête des ventes d’albums aux USA. 

Le reportage : cap sur la Jordanie avec Jérôme Boruzewski

Les Jordaniens, pour la plupart des réfugiés Palestiniens ou des descendants de réfugiés, sont préoccupés par la construction d’un gazoduc qui doit relier Israël à la Jordanie. Les Jordaniens sont contre toute coopération avec l’Etat hébreu mais le gouvernement ne les écoute pas. Entre protestation et résignation, leur opposition est bien faible.  

Trump Saison 2 avec Gregory Philipps 

  • Mémorial day aux Etats-Unis, un jour férié pour rendre hommage à tous les soldats américains morts au combat.
  • Le destin extraordinaire du boxeur Jack Johnson, mort en 1946 et réhabilité par le président américain.
  • Le dernier tome des mémoires de John McCain,sénateur d'Arizona,était publié il y a quelques jours. La chaîne HBO lui rend hommage, ce soir. 

Programmation musicale 

  1. PARQUET COURTS - Wide awake !
  2. THE DOORS - Light my fire
Les invités
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.