Invité, Benjamin Stora

Lorsque la mère de Benjamin Stora décède en 2000, il découvre au fond du tiroir de sa table de nuit, les clés de leur appartement de Constantine, quitté en 1962. Ces clés retrouvées ouvrent aussi les portes de la mémoire. Benjamin Stora est ce soir l'invité d'Un Jour dans le monde.

Les clés retrouvées, de Benjamin Stora, aux éditions Stock
Les clés retrouvées, de Benjamin Stora, aux éditions Stock © Radio France

La guerre est un bruit de fond qui s’amplifie soudain. Quand, en août 1955, des soldats installent une mitrailleuse dans la chambre du petit Stora pour tirer sur des Algériens qui s’enfuient en contrebas, il a quatre ans et demi et ne comprend pas. Quelques années plus tard, quand ses parents parlent à voix basse, il entend les craintes et l’idée du départ. Mais ses souvenirs sont aussi joyeux, visuels, colorés, sensuels. Il raconte la douceur du hammam au milieu des femmes, les départs à la plage en été, le cinéma du quartier où passaient les westerns américains, la saveur des plats et le bonheur des fêtes.Ces scènes, ces images révèlent les relations entre les différentes communautés, à la fois proches et séparées. Entre l’arabe quotidien de la mère et le français du père, la blonde institutrice de l’école publique et les rabbins de l’école talmudique, la clameur des rues juives et l’attirante modernité du quartier européen, une histoire se lit dans l’épaisseur du vécu.

Benjamin Stora signe là son livre le plus intime. À travers le regard d’un enfant devenu historien, il restitue avec émotion un monde perdu, celui des juifs d’Algérie.

Gao, épisode 2 : la vie quotidienne au Nord-Mali

Sur le marché de Gao, on attend que les affaires reprennent
Sur le marché de Gao, on attend que les affaires reprennent © Radio France

Cela fait plus de 8 mois que les groupes rebelles menés par les Touaregs du MNLA et le gouvernement malien tentent de trouver un accord de paix. Les rebelles refusent pour le moment de signer le texte qui leur a été proposé par les médiateurs, et que Bamako a déjà validé. Dans le même temps, les groupes terroristes islamistes présents dans la région poursuivent leur œuvre destructrice, avec des attaques meurtrières et quasi quotidiennes. Et bien sûr ce sont les habitants de Gao qui en subissent les conséquences. Reportage de notre envoyé spécial à Gao, David Baché .

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.