D'après une enquête d'opinion réalisée fin septembre, la cote de popularité du président brésilien a fait un bond de 11 points, atteignant les 40%. Un résultat à première vue difficile à expliquer, en raison des nombreuses critiques sur sa gestion de l'épidémie de Covid-19 et sa politique environnementale.

Avec 40% d'opinions favorables, la cote de popularité de Jair Bolsonaro est au plus haut depuis le début de son mandat, en janvier 2019. Ces dix derniers mois, il est passé de 29% à 40%. Si ces chiffres expriment le nombre de personnes qui le trouvent "bon" ou "très bon", en parallèle, le taux de rejet a baissé de 10 points, passant de 38% à 29%. Nous décryptons ces chiffres avec nos invités.

Comment expliquer un tel succès ? Si le lourd bilan du Brésil concernant l'épidémie de Covid-19 ne joue pas en sa faveur, il semble avoir obtenu un soutien nouveau de certaines parties de la population, notamment dans le nord du pays où des aides d'urgence ont été distribuées pour lutter contre la pandémie.

Alors que des incendies ravagent encore l'Amazonie et que le Brésil est le deuxième pays le plus endeuillé par la pandémie, totalisant plus de 140 000 décès, que nous dit ce regain de popularité de Bolsonaro sur la situation politique au Brésil ?

Nous en parlons aujourd'hui avec Christophe Ventura, chercheur à l'IRIS Spécialiste de l'Amérique latine et Olivier Poujade, journaliste au pôle monde de la rédaction internationale.

Avec nous pour en parler

  • Christophe Ventura, Chercheur à l'IRIS, spécialiste de l'Amérique latine
  • Olivier Poujade, Journaliste au pôle monde de la rédaction internationale

Aussi au sommaire de cette émission

  • Le bruit du monde est en Côte d'Ivoire avec un reportage d'Amandine Réaux sur l'éléphant Ahmed.

Le bruit du monde en Côte d’Ivoire où un éléphant sauvage sème la zizanie à Guitri une petite ville du centre du pays. Surnommé Ahmed par les enfants, star des réseaux sociaux ivoiriens, il amuse autant qu’il exaspère et même qu’il effraie. A tel point que le pachyderme a dû être transféré pour éviter le pire d’un côté comme de l’autre. L’éléphant est l’animal totem de la Côte d’Ivoire. Mais la déforestation massive a détruit son habitat. Et sa population est passé de 1200 à 300 en 20 ans. La cohabitation avec les humains devient compliquée. 

Les destructions d’Ahmed agacent les planteurs. Certains n’osent plus aller au champ. D’autres en viennent à la violence. Un jour, Ahmed reçoit une balle dans la patte. Un autre, des habitants l’aspergent d’essence pour l’immoler.

La situation devient intenable. Alors les Eaux et Forêts décident de transférer l’éléphant au zoo d’Abidjan, à plus de 200 kilomètres.Arrivé au zoo d’Abidjan, Ahmed essaie de s’échapper. Rapidement on décide de le transférer au N’Zi River Lodge, une réserve naturelle. Aujourd’hui Ahmed prend ses repères dans cette réserve de 41 mille hectares.

  • Le cinéma en V.O. par Eva Bettan : Billie

Ce documentaire de James Erskin sur Billie Holiday retrace la vie et les combats de cette chanteuse qui a défié la ségrégation. avec des documents sonores exceptionnels de Charlie Mingus, Tony Benett ou encore Count Basie, jamais exploités jusqu’à aujourd'hui.

  • Sous les radars, par Amélie Perrier

Il sera question de l'Etat péruvien poursuivi en justice par des femmes ayant été stérilisées de force sous la présidence d'Alberto Fujimori dans les années 90, du débat sur la peine de mort relancé en Tunisie par le président Kaïs Saïed et d'un tube de République Démocratique du Congo qui dénonce l'insalubrité d'un des plus grands hôpitaux de Kinshasa : Mama Yemo

  • Le monde à l'envers, l'édito de Jean-Marc Four

Après le débat Trump - Biden, un seul perdant : la démocratie américaine.

Programmation musicale

  • WOODKID - Pale Yellow 
  • Bill WITHERS - Use me
Les invités
L'équipe