Tunisie : l’instance ayant pour mission de rendre justice aux victimes de dictatures va poursuivre son travail au-delà de ce jeudi. Le gouvernement s’est décidé après deux semaines de polémiques. On en parle ! Cap sur le Brésil et les Etats-Unis dans Sous les radars. Enfin, l’escale reportage nous emmène en Guinée.

 Le premier procès intenté par un Tunisien Une commission chargée d'enquêter sur les violations des droits de l'homme depuis six décennies s'est ouverte mardi, avec 14 anciens responsables, dont le président déchu, en procès.
Le premier procès intenté par un Tunisien Une commission chargée d'enquêter sur les violations des droits de l'homme depuis six décennies s'est ouverte mardi, avec 14 anciens responsables, dont le président déchu, en procès. © AFP / STRINGER

Après des jours d’incertitude, la justice transitionnelle est confortée en Tunisie

Deux semaines de polémiques et de doutes avant que le gouvernement se prononce sur l’avenir de l’Instance Vérité et Dignité (l’IVD), qui devait cesser toute activité ce jeudi 31 mai. Le tribunal pourra poursuivre ses travaux, pas jusqu’au à la fin de l’année comme elle le voulait mais encore quelques mois. Le gouvernement explique donc son attachement au processus de justice transitionnelle. 

Qu’est-ce que l’IVD ? 

Cette organisation constitutionnelle, post-révolution de 2011, est chargée de solder les comptes du passé autoritaire du pays en établissant la vérité sur les violations commises entre 1955 et 2013. Mise en place en 2014, l’IVD a déjà recueillie plus de 62 000 dossiers qu’elle transfert dans les treize chambres spécialisées du pays afin que les procès soient donnés afin que les procès aient lieu.

Le premier procès s’est ouvert mardi 

Cette première procédure s’est déroulée devant la cour spécialisée de Gabès, dans le sud-est du pays. Elle concerne Kamel Matmati, un militant islamiste mort sous la torture en 1991. Au total quatorze personnes sont accusées. Parmi elles, Zine el-Abidine Ben Ali, alors président de la République lorsque l’affaire a eu lieu. Ils sont accusés de torture et de disparition forcée. Le procès s’est déroulé en présence de la famille de la victime mais en l’absence des accusés. 

Un premier procès et une controverse autour de la durée de vie de l’IVD et de sa transition avec une nouvelle structure : on en parle avec Sophie Bessis, historienne et journaliste franco-tunisienne et Amna Guellali, directrice du bureau de Tunis de Human Rights Watch.

Sous les radars : Florence Paracuellos, cap sur le Brésil et sur les Etats-Unis !

  • Brésil – Le pays d’Amérique Latine est au crépuscule du président Temer. Souvenez-vous il avait succédé à Dilma Roussef, destituée pour avoir maquillé les comptes publics. Lui-même s’est retrouvé impliqué dans un vaste scandale de corruption, il y a un an et le voilà aujourd’hui embourbé dans de lourds conflits sociaux. Il ne se représentera pas. 
  • Etats-Unis – Un télévangéliste fait la quête pour se payer un jet privé. Jesse Duplantis a déjà trois jets devant lesquels il a enregistré sa vidéo d’appel aux dons. Le dernier c’est un Falcon 50 qui ne lui permet pas de parcourir le monde en vol direct pour y délivrer la parole de dieu. Donc il lui faut maintenant un Falcon 7X. 

Le reportage : Agnès Faivre nous emmène en Guinée, à Conakry 

En 2017 la plupart des migrants qui arrivaient sur les côtes italiennes étaient d’origine guinéenne, avec plus de 13 000 personnes. Un phénomène que l’Union européenne cherche à juguler. 

Les retours volontaires de migrants se sont ainsi multipliés ces derniers mois, et en particulier depuis la Libye. En Guinée ils sont plus de 6 000 à être rentrés depuis janvier 2017. Des opérations financées par le fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique de l’Union européenne et confiées à l’Organisation internationale pour les Migrations, l’OIM. Mais il ne suffit pas de rapatrier ces jeunes, il faut aussi stabiliser leur situation. 

En novembre dernier, un nouveau fonds de 65 millions d’euros a été débloqué pour la création d’emplois et d’opportunités en Guinée.

La carte blanche des correspondants ! Direction le Royaume Unis et la Malaisie

Le Royaume-Unis – par Antoine Giniaux, correspondant à Londres : 

  • C’est la dernière idée du parti au pouvoir pour faire augmenter le nombre d’adhérents. En échange d’une cotisation annuelle de 28 euros, le parti conservateur veut offrir aux nouveaux membres une carte de réduction, avec un système de partenariat dans plusieurs chaines de magasins.
  • Les travaillistes quant à eux, se lancent dans l’organisation d’un festival le 16 juin. Ils ont réservé un emplacement, à Tottenham, ils ont loué du matériel, ils ont imprimé des affiches et des billets vendus 40 euros, ils ont demandé à des responsables politiques de venir parler à la tribune. Ils n’ont oublié qu’une seule chose : Les musiciens ! Il n’y a, dans ce festival, aucune tête d’affiche.
  • Un chiffre pour finir : 24 milliards. C’est le total de la fortune des universités d’Oxford et de Cambridge. 

La Malaisie – par Omar Ouahmane, correspondant à Beyrouth :

  • A Beyrouth pour France Inter, Omar Ouahmane a joint par téléphone avec un syrien coincé en zone de transit d’un aéroport malaisien depuis près de trois ans.Il s’appelle Hassan Kontar, il a 36 ans, il vit dans la salle de transit de l’aéroport international de Kuala Lumpur depuis le 7 mars dernier, sans visa, un passeport syrien périmé, Hassan Kontar dort sur un matelas de fortune, se lave la nuit dans les toilettes du terminal, une vie rythmée par la voix de l’hôtesse qu'il ne peut plus supporter.

Programmation musicale

  1. REX ORANGE COUNTY/Benny SINGS - Loving is easy 
  2. THE KINGSMEN - Louie Louie
Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.