Nouveau tournant de la saga Brexit : l'appel de Boris Johnson pour des élections législatives anticipées a été entendu par les députés britanniques. Elles se tiendront le 12 décembre prochain. Analyse avec Antoine Giniaux, correspondant à Londres pour Radio-France, et Eric Albert, correspondant à Londres pour Le Monde.

Elections anticipées au Royaume-Uni : un pari risqué pour Boris Johnson
Elections anticipées au Royaume-Uni : un pari risqué pour Boris Johnson © Getty / Jack Taylor / Intermittent

Hier soir, le Premier Ministre britannique Boris Johnson a obtenu le feu vert du Parlement pour la mise en place d'élections anticipées, qui devraient se tenir le 12 décembre. Ces législatives apparaissent comme le seul moyen de venir à bout de la crise politique que traverse le pays, empêtré dans un Brexit sur lequel les forces politiques peinent à se mettre d'accord. 

Le conservateur Boris Johnson entend faire campagne sur la mise en oeuvre du Brexit. Il tient à éviter de connaître le même sort que sa prédécesseure, Theresa May, qui n'a jamais réussi à faire entériner la sortie de l'Union Européenne, malgré trois tentatives auprès des parlementaires... Et pour cela, il lui est nécessaire de réunir une majorité absolue à la chambre basse, de façon à ce qu'un plan de sortie puisse y être adopté.

Pour cela, encore faudrait-il que le parti au pouvoir remporte ces élections... Car les forces de l'opposition sont loin d'avoir la même vision de la mise en oeuvre du Brexit. Les travaillistes souhaitent un référendum pour soumettre un nouvel accord aux électeurs, les libéraux préfèrent une annulation pure et simple de la sortie, tandis que les eurosceptiques de Nigel Farage sont partisans d'une sortie nette, sans accord (no deal).

Ces élections sont donc une réelle prise de risque pour le Premier Ministre sortant. Certes, les derniers sondages donnent 10 points d'avance au Parti Conservateur sur le Labour, qui souffre de ses dissensions internes. Mais rien n'est fait : on se souvient qu'en 2016, Theresa May partait avec une confortable avance, non sans perdre les élections suite à une campagne considérée comme calamiteuse... Quelles conséquences pourraient avoir ces élections législatives sur le paysage politique britannique, et sur la tenue du Brexit ? Nous en parlerons avec Antoine Giniaux et Eric Albert, tous deux correspondants à Londres, respectivement pour Radio-France et pour le journal Le Monde. 

  • Le bruit du monde est en Birmanie, où naît une nouvelle génération de réalisateurs prometteurs. Un reportage de Sarah Bakaloglu

Le cinéma birman est encore largement méconnu sur la scène internationale, mais ces jeunes réalisateurs sont bien décidés à changer la donne. Pour la première fois, le réalisateur Aung Phyoe a vu son dernier court-métrage sélectionné pour le prestigieux festival de Locarno, en Suisse. Un premier pas vers une reconnaissance compliquée à obtenir. 

Le budget alloué au cinéma en Birmanie est encore largement insuffisant et ne permet pas d'optimales conditions de tournage. Du fait du faible nombre de salles dans le pays et de la faible réputation internationale de ce cinéma, les revenus au box-office sont limités...

  • L'Europe, tu l'aimes ou tu la quittes. Par Pierre Benazet

Aujourd'hui, on parle de la journée nationale de la jalousie, en Finlande, qui aura lieu le 1er novembre... l'occasion pour les citoyens curieux (ou envieux) de savoir combien gagne leur voisin ou une célébrité nationale ! Mais nous irons aussi au Danemark - le pays est le champion de l’UE en matière d’impôts sur les revenus et les capitaux. Et enfin, pour finir ce tour de la Scandinavie, c'est en Suède qu'on se rendra, où la lutte pour l'écologie a donné naissance à des néologismes - la honte de prendre l'avion (flygskam) et la honte d'acheter (köpskam)...

  • Elisabeth Warren est-elle une vraie bonne nouvelle pour les démocrates américains ? 

Alors que la candidate se dessine comme la favorite des primaires démocrates, son programme suscite les inquiétudes de son propre camp... Notamment parce que Warren fait une vraie campagne à gauche, presque révolutionnaire pour les Etats-Unis. Elle parle de régulation des marchés, d'inégalités sociales, et s'attaque aux grands groupes. C'est Le Monde à l'envers de Franck Mathevon.

Programmation musicale : 

Vampire Weekend - Sympathy

Elis Regina, Antonio-Carlos Jobim, Milton Nascimento - Aguas de marco

Les invités
Programmation musicale
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.