Le Premier ministre arménien Nikol Pachinian a remporté une victoire écrasante aux législatives anticipées qui se sont tenues dimanche 20 juin. Un résultat qui lui donne une nouvelle légitimité, en dépit du marasme de la guerre avec l'Azerbaïdjan.

Avec 53,9 % des voix, Nikol Pachinian distance de loin son principal adversaire, l'ancien Président Robert Kotcharian, qui n'a remporté que 21,04% des suffrages. Un peu plus de 49% des électeurs ont participé à ce scrutin anticipé, que M. Pachinian a été contraint d'organiser après la débâcle dans le Haut-Karabakh. 

Le résultat des élections a été immédiatement contesté par Robert Kotcharian, qui dénonce "des fraudes". Les quelques 250 observateurs dépêchés sur place par l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ont quant à eux salué un scrutin "hautement transparent".

Sur la sellette depuis la défaite face à l'Azerbaïdjan à l'automne dernier, Nikol Pachinian se voit donc conforté dans son poste de Premier ministre. Une victoire en demi-teinte cependant, puisqu'il est loin d'avoir réitéré son score de 2018 où il avait remporté 70% des voix, tandis que le pays s'enlise dans la crise économique et sanitaire et peine à rebondir après la guerre. 

Avec nous pour en parler

Gaïdz Minassian est journaliste au Monde, docteur en sciences politiques et enseignant à Sciences Po Paris.

Le Bruit du monde est en Laponie, dans une usine géante à Skellefeteå

On  connaissait déjà cette région du Nord de la Suède, pour ses élevages de rennes, ses mines de fer ou de cuivre. La Laponie, ce sont aussi de nombreux fleuves, une énergie hydroélectrique qui coûte très peu cher, et des pans entiers de l’industrie européenne qui migrent dans cette région. 

L’exemple le plus frappant, c’est celui de Northvolt, le fabricant de batteries pour voitures électriques,  qui va ouvrir une usine géante à Skellefeteå, 50 000 habitants, une petite ville de la taille de Brive-la-Gaillarde. Cela veut dire des milliards d’investissement, mais aussi des milliers de techniciens, d’ingénieurs, qu’il faut recruter dans le monde entier, et qui vont devoir s’adapter à leur nouvelle vie près du cercle polaire...

Un reportage signé Frédéric Faux. 

Également au programme de cette émission

  • Sous les radars, par Anaïs Feuga                                                
  • L'Europe tu l'aimes ou tu la quittes, par Angélique Bouin   

La Hongrie est au menu du Conseil européen qui se tient aujourd'hui a Bruxelles, journée de crise entre une majorité des 27 États membres et leur partenaire Hongrois, qui vient de voter une loi portant atteinte au droit des personnes LGBT...

  • Le monde d'après, l'édito de Jean-Marc Four   

Programmation musicale

Piers FACCINI/Ben HARPERS - All aboard

Gregory PORTER - Everything you touch is gold

Les invités
  • Gaïdz MinassianChed d'Edition au monde.fr, chargé de la séquence "Débats", Maître de conférence
Programmation musicale
L'équipe