Au Pérou, le candidat de la gauche Pedro Castillo vient de remporter de justesse l'élection présidentielle. Un résultat contesté par sa principale opposante, Keiko Fujimori, qui multiplie les recours pour récuser cette victoire.

100% des bulletins ont désormais été dépouillés, pour une l'élection présidentielle péruvienne qui s'est tenue sous haute tension le 6 juin dernier. Pedro Castillo est donné vainqueur avec 50,12 %, soit seulement 44 058 voix d’avance sur son opposante Keiko Fujimori.

La candidate, figure de la droite dure, multiplie les recours pour contester l'élection. Hier, plusieurs centaines de militaires à la retraite ont défilé à Lima, la capitales, pour dénoncer des "fraudes". Keiko Fujimori, fille de l'ancien autocrate Alberto Fujimori, condamné à de la prison pour corruption et atteinte aux droits humains, dispute sa troisième élection.

Pedro Castillo, lui, est un nouveau venu dans le paysage politique péruvien. Syndicaliste défendant un programme très social, il se présente comme le candidat antisystème et a remporté de nombreux suffrages dans les campagnes. La droite du pays, elle, conteste l'arrivée au pouvoir de celui qu'elle considère "communiste", laissant craindre l'ouverture d'une nouvelle période d'instabilité politique.

Avec nous pour en parler 

Gaspard Estrada est directeur exécutif de l'OPALC (Observatoire Politique de l'Amérique Latine et des Caraïbes) de Sciences Po.

Le Bruit du monde est en Tunisie, avec la dessinatrice de presse Nadia Khiari

Cette année, nous « fêtons » les 10 ans des révolutions du printemps arabe, qui ont démarré en Tunisie. 10 ans après, même si la Tunisie s’en sort évidemment bien mieux que ses voisins, tout reste extrêmement compliqué.  

Le chômage chez les jeunes – édifiant déjà sous la dictature policière de Ben Ali – a augmenté. Les jeunes tunisiens sont la première nationalité à tenter la traversée de la Méditerranée.  "La seule chose qu’on a gagné, c’est la liberté d’expression", résument-ils souvent. 

Mais cette liberté d’expression vaut de l’or, et la dessinatrice de presse Nadia Khiari se bat quotidiennement pour la préserver. Elle s’empare de tous les sujets qui font cette démocratie en devenir : la place des femmes, la censure, le terrorisme, l’islamisme. 

Un reportage signé Maurine Mercier.

Également au programme de cette émission

  • Sous les radars, par Anaïs Feuga                                                        
  • Le cinéma en VOD, par Corinne Pélissier

Après avoir été ignorés pendant des années, les films en langue coréenne s'imposent aux Oscars depuis deux ans. En 2020, le film Parasite de Bong Joon ho avait même remporté 4 statuettes ! Aujourd'hui arrive en France Minari, l’histoire d’une famille coréenne immigrée qui s’installe dans  l’Arkansas pour y cultiver la terre... 

  • Le monde d'après, l'édito de Jean-Marc Four  

Programmation musicale 

THE BLACK KEYS - Crawling kingsnake

Angelique KIDJO - Summertime

Les invités
  • Gaspard Estradadirecteur exécutif de l’Observatoire Politique de l'Amérique latine et des Caraïbes (OPALC).
Programmation musicale
L'équipe