Cuivres conservatoire
Cuivres conservatoire ©

Les conservatoires sont en émoi. Le ministère de la culture a en effet annoncé la suppression totale de l’aide de l’État aux conservatoires départementaux et régionaux. Le mouvement, pourtant enclenché depuis plusieurs années, a surpris les familles qui se sont mobilisées contre les suppressions de poste et les fermetures de classe. Mais toutes les régions ne sont pas logées à la même enseigne. Et à Paris, les préoccupations sont loin d’être les mêmes : pris d’assaut chaque année, les 17 conservatoires de la Ville sont en effet majoritairement fréquentés par des élèves issus de catégories sociales favorisées. Selon Bruno Julliard, adjoint à la culture à la mairie de Paris, «Il n’est pas suffisant que ces établissements soient pleins. Ils doivent aussi participer à la volonté municipale de démocratiser l’accès à la culture et de lutter contre les inégalités. » Comment toucher d’autres publics et faire évoluer l’apprentissage de la musique, de la danse et du théâtre ? Les conservatoires restent-ils élitistes ? Combien l’inscription coûte-t-elle ? Le fonctionnement des conservatoires doit-il être totalement repensé ? L’enseignement en conservatoire est-il de meilleure qualité que dans une école de quartier ?

Reportage Vinciane Laumonier

Le Conservatoire de Rouen , en Haute-Normandie, un conservatoire à rayonnement régional, situé en centre ville. Il propose un enseignement sur instruments à cordes, bois, cuivres, des classes de chant, de composition et de jazz. Cette rentrée 2015/2016, 769 nouvelles demandes d'inscriptions, ce qui témoigne de l'engouement pour l'apprentissage musical dans un établissement qui a emmené, par exemple, ces élèves en tournée d'orchestre en Chine l'an dernier.

Avec le professeur de trompette, Franck Paque, et ses jeunes élèves Lison, Théo et Romane. Les grands, Maxime, Coline et Jack, avec leur chef, Claude Brendel. Et la directrice Claire Paris-Messler.

Les invités
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.