Ivry
Ivry ©

Embellissement de l’espace public, réhabilitation de l’habitat, une nouvelle population, plus aisée, investit les proches banlieues des grandes villes.

Dans le langage courant, on parle de « boboïsation ». En sociologie, on préfère parler de « gentrification » pour désigner l’embourgeoisement de ces anciens quartiers populaires, doublé d’une transformation du bâti par les nouveaux habitants.

Quel est le profil du gentrifieur ? Quels sont les impacts de la gentrification des quartiers sur les populations défavorisées ?

Comment est-ce perçu par les populations « historiques » ? Quelles sont les étapes de gentrification d’un quartier ? Quel est le rôle du politique dans la métamorphose des quartiers ?

Où vont les gens qui ne peuvent plus vivre dans ces quartiers devenus trop chers ?

Avec Anaïs Collet , Maître de conférences en sociologie à l'Université de Strasbourg et au laboratoire SAGE (Sociétés, Acteurs et Gouvernements en Europe). Auteur de l’ouvrage Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction aux éditions la Découverte.

Et Laure Watrin , journaliste, auteur de l’ouvrage La république bobo paru chez stock en 2013.

  • Le reportage de Gaylord Van Wymeersch

Reportage à Ivry-sur-Seine, aux portes de Paris, une ville tenue par les communistes depuis 1925. Dans cette commune, une des plus défavorisée d’Île-de-France, se déroule depuis 2011 la plus importante opération de rénovation urbaine de la région : Ivry Confluences. Cent quarante cinq hectares de constructions (1/5e de la superficie de la ville), 725 millions d’euros d’investissement pour l’aménageur, 15 000 habitants supplémentaires, 600 000 m² de bureaux… et 400 familles menacées d’expropriation. L’enjeu dans cette commune populaire, ancien bastion industriel du sud-est parisien : comment moderniser la ville tout en permettant aux personnes les plus modestes d’y rester ? Pour certains, Ivry-sur-Seine est en voie de « gentrification » (phénomène urbain par lequel des habitants plus aisés s'approprient un espace initialement occupé par des habitants moins favorisés), pour d’autres, la mairie notamment, les couches populaires auront toujours leur place dans ce projet de « mixité urbaine ».

Les invités
Les références
L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.