La prison d'Osny
La prison d'Osny © Radio France / Corinne Audouin

On estime qu’un millier de détenus en France ont un profil radical . Le 25 janvier dernier, l’administration pénitentiaire a ouvert trois unités dédiées conte la radicalisation à Fresnes, à Osny (dans le Val d’Oise) et à Lille-Annoeullin. Deux autres unités ouvriront en mars à Fleury-Mérogis. Actuellement, 135 personnes rentrées de Syrie et d’Irak sont en détention en France.

Quel type de programmes sont mis en place dans ces unités ? Que peut-on espérer obtenir ? Comment travailler avec les plus violents?

Avec Karim Mohktari , ancien détenu et fondateur de l’association « 100 Murs » qui intervient auprès des détenus,

Géraldine Blin , directrice de projet sur la lutte contre le terrorisme à l'Administration Pénitenciaire.

Et par téléphone Guy Bénarousse , rabbin, intervenant en prison, victime de l’attentat de la rue des rosiers.

Un reportage de Corinne Audouin

Que faire des détenus impliqués dans les filières djihadistes?

Osny
Osny © Radio France / Corinne Audouin

Comment traiter ces prisonniers, de plus en plus nombreux ?

240 détenus sont incarcérés pour des faits en lien avec le djihadisme en Syrie et en Irak.

La plupart sont prévenus, en attente de leur jugement.

C'est pour répondre à ces questions que l'administration pénitentiaire vient d'ouvrir trois "Unités dédiées" de lutte contre la radicalisation, dans trois prisons, en ile de France et à Lille.

Deux autres ouvriront en mars à Fleury-Mérogis. Manuel Valls avait annoncé leur lancement il y a un an, après les attentats de Charlie Hebdo.

Corinne Audouin s’est rendue dans l'une de ces unités, à la maison d'arrêt d'Osny, dans le Val d'Oise.

Elle a également rencontré les personnels qui vont intervenir dans l’unité de Fresnes, chargée de l’évaluation des détenus.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.