Passagers de bus
Passagers de bus ©

La loi Macron, promulguée le 6 aout dernier, a permis la libéralisation des transports en autocar. Après le co-voiturage, l'autocar est une nouvelle alternative au train.

Qui sont les passagers des bus Macron ? Vont ils délaisser le train pour l'autocar ? Quelles sont leurs exigences ? Est ce que le marché du transport en autobus va exploser ? Comment se porte le co-voiturage ?

Avec :

Jean Pierre Orfeuil , sociologue de la mobilité, professeur à l’Institut pour la Ville en Mouvement et auteur de « Mobilités urbaines l’âge des possibles Ed SCRINEO

Yann Raoul, dirigeant fondateur des sites Kelbillet.com et Kelbus.fr

Sonia Arhainx , directrice du projet Isilines

Reportage : Vanessa Descouraux

La loi qui porte le nom du ministre de l’économie libéralise les liaisons par car en France. Les décrets d’application ont été publiés le 10 août, et depuis, plusieurs compagnies se sont lancées dans une « guerre des bus » pour s’arracher ce marché (pour comparaison la libéralisation du marché en Allemagne dans les mêmes conditions a généré 8 millions de passagers l’an passé).

En France, Bercy table sur l’ouverture d’une cinquantaine de lignes d’ici la fin de l’année. 200 lignes d’ici fin 2016. Ce qui correspondrait à la création de 2000 à 3000 emplois directs.

Pour le passager, cette nouvelle façon de voyager sur des lignes intérieures est l’occasion de soigner son portefeuille.Les prix sont très attractifs.

Un jour en France monte à bord d’un bus, sur la ligne Paris Montpellier. Notre reporter Vanessa Descouraux s’est arrêtée elle avant le terminus, à Bourges, pour un aller-retour dans la journée.

Les invités
Les références
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.