Anne Desgris
Anne Desgris © Radio France
_J'ai découvert l'existence de "Un jour tout neuf" récemment en écoutant France Inter dans la journée et comme je me lève assez tôt en général, j'ai pu profiter de l'émission en direct la semaine dernière. Je prends toujours beaucoup de plaisir à écouter vos émissions dont je suis très friande. Il se trouve que j'ai de la "chance" puisque je suis sans emploi depuis peu et je peux donc écouter la radio tout à loisir. Je visite le site de France Inter régulièrement et en lisant les informations concernant les personnes qui ont écrit, je reste sceptique quant à l'intérêt que je pourrais apporter à l'émission car je ne suis nullement engagée dans une association même si c'est un souhait, et j'ai entendu la semaine dernière l'émission avec Gilles Bourgarel qui était un passionné du Brésil et il en était "passionnant" mais à part être une passionnée de la vie en général, je n'ai pas de passion particulière. (pardon pour la redondance du mot "passion" et de ses dérivés) Je suis une parfaite représentante de "madame tout le monde". J'ai été assistante de direction pendant 18 ans dans l'audiovisuel et j'ai eu une petite fille à 40 ans,en 2006. Et voilà, l'arrivée de cette merveilleuse petite étoile a complètement bouleversé ma vie. J'avais été licenciée pendant mon congé maternité. Et j'ai retrouvé un emploi dans la fonction publique ("par connaissance") début 2007. Je n'étais vraiment pas faite pour travailler dans l'administration pure et dure et j'ai été licenciée début 2009. J'ai retrouvé un emploi en septembre 2009 auprès d'une architecte et j'ai connu pour la première fois de ma vie le harcèlement moral, le vrai, le pur et dur. Ce qui est drôle, c'est que j'ai tenté de m'en extirper en démissionant de la société huit mois plus tard, pour aller travailler dans une autre entreprise où j'ai retrouvé au masculin ce que j'avais vécu "au féminin". Et je me me retrouve donc sans travail car j'ai été de nouveau licenciée. On m'a vivement conseillé de porter plainte mais cela faisait 9 mois que j'y travaillais et nous avons conclu un accord de rupture conventionnelle du contrat de travail. Je viens d'avoir 45 ans et je me dis que c'est l'occasion pour moi d'en profiter et de me tourner vers de nouveaux horizons. Je rêve de travailler avec des enfants. Je ne sais pas encore sous quelle forme, comment mais en tous les cas, après 5 ans d'assistanat auprès de caractériels, je pense que je peux vraiment être plus utile ailleurs. C'est vrai que je ne me suis jamais engagée jusqu'alors mais je pense qu'il n'est jamais trop tard pour bien faire et je souhaite mettre à profit cette opportunité de licenciement pour faire autre chose. Je vous remercie vivement de l'attention que vous porterez à ce mail et quelque soit l'issue, je resterai à l'écoute de France Inter et du groupe Radio France. Bonne continuation, merci de nous informer, nous cultiver, nous amuser ! Annie Desgris_ La pétillance de notre invité nous a emportés dans ce jour tout neuf. Comment parler de licenciement pendant un congé de maternité puis de harcèlement moral dans une entreprise sans complainte ? Comment dire la difficulté d'établir un lien avec l'enfant que l'on met au monde ? Comment évoquer le deuil qui boulverse la vie sans attrister un petit matin ? Avec la personnalité d'Annie. Elle raconte qu'elle rentre dans une nouvelle aventure de vie "il y a eu O-45 ans, maintenant c'est nouveau". Le rire est toujours à fleur de coeur. Elle garde des trésors dans des boites chez elle, des objets, des note écrites au hasard de ses lectures, des photos comme celle de cette porte ouvragée au Maroc, des bijoux comme cette petite tortue offerte par l'un de ses amis mort du sida aux Etats Unis. Elle nous raconte comment la culture chinoise est dans sa vie, avec son mari qui cuisine, qui parle chinois et sa fille de 5 ans qui navigue entre les deux. Elle nous donne envie de lire "La porte" de Magda Szabo (prix Fémina 2003) aux éditions Viviane Hamy. Nous nous échangeons des références : "Les mères qui travaillent sont elles coupables ?" chez Albin Michel et "Comment rater l'éducation de ses enfants" de Virginie Dumont aux éditions Fleuve Noir. Nous divaguons dans les jardins de nos grand-mères, avec les tartines de fraises écrasées ou les groseilles à maquereau ! Annie Desgris a une devise : quand le coeur le souhaite, les choses arrivent. Vous découvrirez en écoutant l'émission comment faire "arriver" les choses avec Annie Desgris ... Et **La chasse aux idées reçues** de [Daniel Fievet](http://sites.radiofrance.fr/franceinter/chro/la-chasse-aux-idees-recues/)
Les références
L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.